Publications du Service canadien des forêts

Coarse woody debris in chronosequences of forests on southern Vancouver Island. 1997. Wells, R.W.; Trofymow, J.A. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-375. 35 p.

Année : 1997

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4890

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Nous avons étudié les tendances que présentait l’abondance des débris ligneux grossiers (DLG) dans les placettes établies par le Service canadien des forêts dans des chronoséquences situées du côté est et sec de l’île de Vancouver (sous-zone CWHxm) et du côté ouest et plus humide de l’île (sous-zone CWHvm). Dans l’ensemble, la biomasse totale des DLG était sensiblement plus réduite (et de beaucoup) sur le côté est que sur le côté ouest de l’île. La biomasse totale moyenne des chronoséquences variait de 17 à 38 mg/ha sur le côté est de l’île, et de 65 à 191 mg/ha sur le côté ouest.
Nous avons constaté que la biomasse totale des DLG présentait une courbe en U dans les chronoséquences de trois des quatre stations du côté ouest (CWHvm), tandis que nous n’avons décelé aucune tendance générale du côté est (CWHxm). De plus, la distribution des DLG des deux sous-zones s’étalait vers les classes inférieures de décomposition dans les peuplements plus jeunes et était plus normale dans les peuplements plus âgés. Du côté est de l’île, la distribution des DLG était biaisée dans les jeunes peuplements (vers la classe de DLG de petites dimensions) et était plus uniforme dans les peuplements plus âgés. Du côté ouest de l’île, elle avait au contraire tendance à être biaisée vers les classes de plus grandes dimensions, dans toutes les classes d’âge. Enfin, le douglas vert était l’essence la plus répandue dans tous les DLG classés dans l’est de l’île, tandis que la pruche de l’Ouest et le thuya géant venaient au premier rang dans l’ouest de l’île.
Tant du côté est (CWHxm) que du côté ouest (CWHvm), nous avons observé une variance importante de la quantité de DLG entre les parcelles. Cette variance nous a peut-être empêchés de déceler certaines tendances et nous permet de supposer que d’autres facteurs que ceux examinés dans le cadre de cette étude influent sur l’abondance des DLG. Enfin, il se peut que les peuplements en voie de régénération, jeunes et presque mûrs étudiés n’aient pas le même profil de développement que les vieux peuplements. En effet, les premiers se sont développés après une coupe et les seconds sont issus de perturbations naturelles. La réalisation d’autres études comparant les caractéristiques des DLG dans les peuplements exploités et dans les peuplements issus de perturbations naturelles permettrait de mieux comprendre les différences que présente la dynamique des DLG résultant de types de perturbations variés.