Publications du Service canadien des forêts

Stand structure and species composition in chronosequences of forests on southern Vancouver Island. 2002. Blackwell, B.A.; Hedberg, H.A.; Trofymow, J.A. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-395. 72 p.

Année : 2002

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 21075

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Aux fins d’une étude du Service canadien des forêts sur les effets de la conversion d’une forêt ancienne côtière en une forêt aménagée, des données sur la structure de l’étage dominant ont été obtenues dans trente-deux placettes. La densité de peuplement, la hauteur des arbres, leur diamètre à hauteur de poitrine (dhp), la longueur de houppier, la biomasse et la surface terrière des tiges vivantes ainsi que la densité et la masse des chicots ont été déterminés dans des chronoséquences de trois peuplements après-coupe (R - régénération [3-8 ans]; I - jeune [25-45 ans]; M - mûr [65-86 ans]) et O - ancien [> 200 ans] à chacun des huit sites d’étude dans l’île de Vancouver. Quatre sites se trouvent dans la sous-zone biogéoclimatique CWHxm, très sèche, et les quatre autres dans la sous-zone CWHvm, très humide. Les résultats indiquent que la variabilité et la complexité de la structure et de la composition de l’étage dominant augmentent en fonction de l’âge des peuplements dans les forêts côtières et que les peuplements du côté ouest de l’île (CWHvm) sont plus variés et plus structurellement diversifiés que ceux du côté est (CWHxm).

Les attributs structurels de l’étage dominant des forêts étudiées se comparent avantageusement à ceux des forêts d’autres zones situées dans le Pacific Northwest. Les placettes de forêt ancienne, toutefois, ne répondent pas parfaitement à la définition de la forêt ancienne de douglas utilisée dans cette région des États-Unis, probablement en raison du climat différent ou de la qualité (moyenne à faible) des sites dans les chronoséquences. Globalement, les attributs de l’étage dominant révélés par cette étude fournissent des renseignements utiles pour la définition des caractéristiques des forêts anciennes. Néanmoins, la variabilité d’un grand nombre de ces attributs est telle qu’il faudra plus de données pour établir une définition rigoureuse, soutenable scientifiquement et opérationnellement.