Publications du Service canadien des forêts

Cytology of Leidyana canadensis (Apicomplexa: Eugregarinida) in Lambdina fiscellaria fiscellaria larvae (Lepidoptera: Geometridae) 2000. Lucarotti, C.J. Journal of Invertebrate Pathology 75: 117-125.

Année : 2000

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 6092

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

L'eugrégarine Leidyana canadensis infecte l'intestin de la larve de l'arpenteuse de la pruche, Lambdina fiscellaria fiscellaria. On a mis sous inclusion, dans une résine époxydique, des intestins de larves infectées, fixés chimiquement, et on a effectué des coupes pour la microscopie photonique et électronique afin de décrire la cytologie de L. canadensis et la pathologie qu'il provoque chez l'hôte. Des ovocytes de L. canadensis ingérés par la larve de l'arpenteuse, il sort des trophozoïdes, qui traversent la membrane péritrophique, aboutissent dans l'espace ectopéritrophique et se fixent à l'épithélium de l'intestin moyen, par un épimérite apical. Ce dernier ne pénètre pas de fait dans la cellule épithéliale ; il provoque plutôt une invagination de la membrane cellulaire. Son centre renferme des citernes membraneuses, tandis que des mitochondries tapissent sa périphérie. Microtubules et mitochondries bordent sa périphérie. Des microtubules et des mitochondries du cytoplasme de la cellule hôte entourent l'épimérite. Sous le microscope photonique, des septums semblent exister entre l'épimérite et le protomérite et entre ce dernier et le deutomérite ; cependant, en microscopie électronique, aucun septum n'est évident. On ne distingue que les différences de concentration et la nature des inclusions cytoplasmiques de ces trois régions. Le deutomérite renferme un seul noyau central-postérieur. Après un temps indéterminé, l'épimérite se détache de l'épithélium intestinal de l'hôte et se retire dans le protomérite, les trophozoïdes flottant librement dans l'espace ectopéritrophique, avant de se différencier en gamontes. La division de l'unique et gros noyau en de nombreux petits noyaux semble survenir avant la syzygie. Les gamontes s'apparient, s'enkystent et forment un gamétocyte. Les ovocytes sont expulsés des gamétocytes arrivés à maturité, en chapelets, au travers de sporoductes.