Publications du Service canadien des forêts

Life history characteristics of Elachertus cacoeciae (Hymenoptera: Eulophidae), an ectoparasitoid of spruce budworm larvae, Choristoneura fumiferana (Lepidoptera: Tortricidae) 1998. Fidgen, J.G.; Eveleigh, E.S. The Canadian Entomologist 130: 215-229.

Année : 1998

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 6047

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Résumé

Pendant 2 ans, nous avons étudié la biologie de l’ectoparasitoïde grégaire idiobionte Elachertus cacoeciae (Howard). Des larves de la Tordeuse des bourgeons de l’épinette [Choristoneura fumiferana (Clemens)] élevées en laboratoire ont été implantées, au milieu naturel, sur des pousses de l’année courante du Sapin baumier (Abies balsamea L.) à des densités faibles, simulant les densités endémiques. Les femelles de printemps d’E. cacoeciae ont attaqué les larves de quatrième, cinquième et sixième stades de la tordeuse, à partir de l’époque de densité maximale prédite pour les larves de quatrième stade jusqu’à 10-12 jours après la période de densité maximale prédite pour les chrysalides au sein de la populatin indigène de la tordeuse. La progéniture moyenne par femelle de printemps (+/- écart type) a été évalué à 2,9 +/- 0,3 nymphes d’E. cacoeciae par hôte. La proportion de femelles a été de 0,74 +/- 0,05 en 1994 et de 0,79 +/- 0,05 en 1995. En laboratoire, le développement du stade oeuf au stade adulte a duré environ 20 jours à 20,6 C. Les màles adultes nourris du miel coupé d’eau ont vécu 43,6 +/- 3,2 jours, alors que les femelles mises en présences d’hôtes et de miel coupé d’eau ont vécu 90,1 +/- 6,6 jours. Les femelles de printemps subissaient une période de pré-ponte de 11,5 +/- 1,3 jours, avec le résultat qu’une génération (oeuf à oeuf) durait environ 31 jours. La période de ponte a été évaluée à 76,3 +/- 7,7 jours au cours desquels les femelles de printemps ont parasité 19,2 +/- 1,9 hôtes et produit des masses de 4,9 +/- 0,4 eoufs/hôte, pour une fécondité totale de 96,8 +/- 14,7 oeufs au cours de la vie d’une femelle. La période d’après-ponte était de 18,5 +/- 3,7 jours. Au cours de leur vie, les femelles de printemps ont aussi attaqué (alimentation sans ponte) 9,3 +/- 1,9 hôtes supplémentaires. Environ 2% des nymphes issues des femelles de printemps ont entrepris une diapause, alors qu’environ 95% des nymphes issues des femelles d’été ont entrepris un diapause. Les résultats obtenus en laboratoire semblent indiquer que les femelles d’été sont peut-être adaptées à parasiter d’autres hôtes que la tordeuse.

Dernière mise à jour :