Publications du Service canadien des forêts

Chloroplast microsatellites reveal population genetic diversity in red pine, Pinus resinosa Ait. 1998. Echt, C.S.; DeVerno, L.L.; Anzidei, M.; Vendramin, G.G. Molecular Ecology 7: 307-316.

Année : 1998

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 6033

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

On s’est fondé sur la variation des microsatellites de l’ADN chloroplastique (cpSSR) hérité du père, pour étudier la structure génétique de la population chez le pin rouge (Pinus resinosa Ait.), une essence caractérisée par l’uniformité morphologique, l’absence de variations parmi les allozymes, et une variation restreinte des RAPD. Â l’aide de neuf loci cpSSR, ono a décelé au total 23 haplotypes chloroplastiques et 25 allèles cpSSR parmi 159 sujets provenant de sept populations très dispersées. La diversité génétique totale, HT, était de 0,618, mais la différenciation des haplotypes était faible parmi les populations (GST = 0,121). La composition des haplotypes de chacune des populations a permis de distinguer celles-ci les unes des autres, et les populations avaient un seul haplotype commun. Compte tenu du carré des écarts de longueur moyens des cpSSR composites (haplotypes séquentiels), la diversité intra-population était relativement élevée chez une seule population (D2SH = 0,443). La distribution de fréquence des écarts par paires de SSR parmi les sujets de populatins distinctes, ainsi que les écarts de longueur des branches relevés parmi les dendrogrammes voisins indiquent que les sujets se sont remis des effets d’au moins un étranglement démographique, et on peut probablement expliquer ces phénomènes en se fondant sur la dynamique des métapopulations.