Publications du Service canadien des forêts

Passive ozone monitoring for forest health assessment. 1999. Cox, R.M.; Malcolm, J.W. Water, Air, and Soil Pollution 116: 339-344.

Année : 1999

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 6027

Langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Résumé

Sur de vastes étendues de forêts, l’ozone troposphérique excéderait les concentrations critiques établies pour la protection des cultures et des autres végétaux, rendant ainsi nécessaire un programme de surveillance d’envergure pour confirmer les concentrations ambiantes dans la forêt et en déceler les effets consécutifs sur sa santé. Le besoin d’un appareil de surveillance peu coûteux, utilisable dans les régions éloignées, est à l’origine de la mise au point de l’appareil Can Oxy Plate MD de surveillance passive de l’ozone et d’un protocole de surveillance par le Réseau sur la santé des forêts, groupe de recherche sur la pollution atmosphérique au Service canadien des forêts (SCF). Les appareils ont été soumis à des essais initiaux en 1996, à des essais en grand en 1997, qui ont comporté deux périodes d’exposition de deux à trois semaines, au milieu de l’été, dans le couvert forestier, sur des parcelles de surveillance de la santé des forêts choisies dans l’ensemble du Canada et dans des trouées forestières adjacentes. Les deux fois, on a implanté ces appareils passifs avec l’appareil de surveillance active de l’ozone le plus rapproché. Cela a permis un étalonnage pour l’évaluation de l’assurance de la qualité dans les conditions de terrain. Les résultats de 1996 ont permis des corrélations fortement significatives avec les concentrations ambiantes cumulatives d’ozone signalées par les appareils adjacents de surveillance active (r = 0,88 ; p = 0,0002). Cependant, on n’a pas découvert de relation semblable entre ces emplacements et les parcelles situés jusqu’à 200 km de distance, signe, peut-être, d’une hétérogénéité spatiale de l’exposition à l’ozone entre les emplacements de surveillance en continu de la qualité de l’air et les parcelles forestières. Cette information et les forts gradients connus d’ozone dans la voûte forestière soulignent l’importance de surveiller sur place l’exposition à l’ozone des parcelles de mesure de l’état de santé des forêts menacées par les effets de ce polluant.

Dernière mise à jour :