Publications du Service canadien des forêts

Role of the cotyledonary tissue in improving low and ultralow temperature tolerance of butternut (Juglans cinerea) embryonic axes. 1998. Beardmore, T.; Vong, W. Canadian Journal of Forest Research 28: 903-910.

Année : 1998

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 6007

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

La survie du noyer cendré (Juglans cinerea L.) en Amérique du Nord est menacée par le champignon Sirococcus clavigignenti-juglandacearum. Â date, il n’existe pas de moyen pour contrôler cette maladie fongique et l’entreposage des semences à long terme n’est pas une option viable pour assurer la survie de l’espèce. La tolérance à l’entreposage des semences à des températures basses (0, -5, -10, -15, et -40 C) et ultra basses (-196 C, cryoconservation) d’axes embryonnaires de noyer cendré isolés à partir de noix récoltées sur un arbre a d’abord été examinée. Les axes embryonnaires, avec approximativement 3 mm de tissu cotylédonnaire attaché à la région hypocotylédonnaire, ont germé après une exposition à 0, -5, -10, -15 et -40 C pendant 4 h et à -196 C pendant 24 h. Les pourcentages de germination après exposition à 0 et -15 C sont respectivement de 87 et 82%, alors qu’ils sont respectivement de 29 et 27% après des expositions 0 et -15 C. Trente-deux pourcent des axes germent après exposition à -40 C et 36% germent après exposition à -196 C. La tolérance à -196 C a été examinée sur des axes embryonnaires isolés de noix de 13 autres arbres. La tolérance aux basses températures varie de façon significative entre les arbres. Cette variation correspond au contenu en eau de l’axe embryonnaire, un contenu en eau de 4,8% et moins exhibant une tolérance à -196 C. Une réduction par déshydration lente du contenu en eau des axes embryonnaires à 4,8% ou moins résulte en une tolérance accrue à -196 C. Ces résultats suggèrent qu’un entreposage des axes embryonnaires à basse et ulta basse température peut être une méthode viable de conservation ex situ du noyer cendré.