Publications du Service canadien des forêts

Canopy openness and leaf area in chronosequences of coastal temperate rainforests. 2000. Frazer, G.W.; Trofymow, J.A.; Lertzman, K.P. Canadian Journal of Forest Research 30: 239-256.

Année : 2000

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 5428

La langue : Anglais

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Les auteurs ont examiné les différences spatiales et temporelles dans l'ouverture de la canopée, ainsi que la surface foliaire effective (Le) dans une série de huit chronoséquences forestières situées dans le sud de l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Les attributs structuraux ont été mesurés sur les côtés ouest et est de l'île dans des peuplements immatures, matures et vieux, en utilisant la photographie hémisphérique et le LAI-2000 PCA (plant canopy analyzer). Les canopées des vieilles forêts sont différentes de celles des jeunes peuplements. Elles sont plus ouvertes, plus hétérogènes quant à leur ouverture et ont conservé une valeur de Le plus faible. Bien que le sens général du développement des forêt soit similaire à travers les sites étudiés, les différences entre les sites situés côte-à-côte, dans le taux et l'amplitude de ces changements temporels, indiquent que des facteurs spécifiques au site jouent également un rôle important dans la détermination du caractère des canopées forestières et de leur développement. Les changements les plus importants dans la structure de la canopée ne sont pas apparus avant les derniers stades de développement du peuplement (150-200 ans). Les forêts dominées par le Douglas vert (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) sur la côte est de l'île sont, en moyenne, plus ouvertes, plus hétérogènes et ont un Le du peuplement plus faible que les peuplements dominés par la pruche de l'Ouest (Tsuga heterophylla (Raf.) Sarg.) et le thuya géant (Thuja plicata Donn.) qui forment les chronoséquences sur la côte ouest de l'ile. Les bouquets de rejets, ensemble avec d'autres indices, suggèrent que les différences liées aux espèces dans la disposition des feuilles et la géométrie de la structure de la ramification contribuent, de façon importante, à la formation de ces patrons régionaux.