Publications du Service canadien des forêts

Spruce terpenes: expression and weevil resistance. 1999. Nault, J.R.; Manville, J.F.; Sahota, T.S. Canadian Journal of Forest Research 29: 761-767.

Année : 1999

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 5281

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

Des souches parentales d'épinette blanche (Picea glauca (Moench) Voss) et d'épinette d'Engelmann (P. engelmannii Parry), classées hautement résistantes ou hautement susceptibles au charançon du pin blanc (Pissodes strobi Peck) à partir de mesures effectuées sur leur descendance de pollinisation libre, ont été sélectionnées. Les contenus corticaux et foliaires en terpènes au autres composés volatiles de chaque souche parentale étaient hautement corrélés dans les ramets et hautement variables à l'intérieur de la descendance. Pour les ramets, les contenus en terpènes individuels ne pouvaient être utilisés pour prédire la classe de résistance, étant donné leur forte variabilité. Un modèle multivarié, basé sur les terpènes montrant les plus fortes différences entre les classes de résistance, pouvait prédire adéquatement le niveau de résistance des ortets d'origine. La prédiction obtenue au moyen des composés chimiques soit foliaires, soit corticaux était correcte pour 15 des 16 souches parentales. Ces modèles n'ont toutefois pas permis de prédire le niveau de résistance de la descendance de pollinisation libre. Une analyse discriminante a également été essayée, en répartissant les données des ramets en groupes indépendants et en utilisant chaque groupe pour effectuer une prédiction au sujet de l'autre. Cette fois encore, la prédiction n'était pas meilleure que le hasard. Nous concluons qu'il n'est pas avantageux d'utiliser les terpènes comme outil de sélection pour trouver des génotypes résistants parmi les populations d'épinette blanche et d'épinette d'Engelmann.