Publications du Service canadien des forêts

As assessment of both visual and automated tree counting and species identification with high spatial resolution multispectral imagery. 1999. Leckie, D.G.; Gougeon, F.A. Pages 141-152 in D.A. Hill and D.G. Leckie, Editors. International forum: automated interpretation of high spatial resolution digital imagery for forestry, Proceedings: Symposium. February 10-12, 1998, Victoria, British Columbia. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC.

Année : 1999

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 5179

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Des images multispectrales MEIS de 36 cm ont été prises au-dessus d’un site d’essai en forêts boréales et tempérées de résineux et de feuillus de l’est de l’Ontario, Canada. On a délimité 24 parcelles de terrain de 20 x 20 m indiquant l’emplacement, l’espèce, le diamètre des houppiers, la dominance et la plénitude de chaque arbre dans chaque parcelle. Les arbres ont été délimités manuellement sur l’imagerie MEIS et on les a utilisés pour classifier les espèces avec un classificateur de probabilité maximale. On a produit une accentuation visuelle pour mettre en relief les différentes espèces. Les arbres ont été automatiquement isolés à l’aide de la technique de traçage de vallées tandis que les comptes d’arbres et leur délimitation ont été comparés à ceux obtenus en vérité-sol. Des photo-interpréteurs opérationnels venant des provinces du Québec et de l’Ontario ont été formés pour interpréter les accentuations, et des tests d’interprétation ont été effectués sur une base individuelle, c’est-à-dire arbre par arbre. La précision d’interprétation des espèces était de l’ordre de 70 % à 90 % pour les résineux et de 50 % à 65 % ou moins pour les feuillus. La précision a été évaluée en fonction de la dominance, de la dimension et de la plénitude du houppier, et des espèces parmi les arbres adjacents. Les analyses préliminaires concernant les arbres délimités manuellement ont permis de produire une classification comparable pour certaines espèces, mais généralement dans l’ordre de 15 % ou moins. La détection visuelle des arbres pour de l’imagerie rééchantillonnée à diverses résolutions a permis d’indiquer que la détection était optimale avec des résolutions de 10 à 45 pixels par arbre (10 pour les feuillus et de 25 à 45 pour les résineux). Les erreurs de comptage (comptage d’un houppier comme s’il s’agissait de plus d’un houppier) augmentaient graduellement avec le nombre de pixels par houppier. Les précisions ont encore une fois été évaluées en fonction de la dominance, de la dimension et de la plénitude des houppiers et des espèces. La détection préliminaire d’arbres à l’aide de la technique de traçage de vallées sur les données recueillies à 36 cm a permis d’établir de bonnes estimations de la moyenne globale tige/ha, mais la correspondance 1 à 1 n’a été obtenue que dans 40 % des cas lorsque les données ont été comparées aux données de vérité-sol. Le comptage visuel était, en moyenne, précis à près de 75 %.