Publications du Service canadien des forêts

Relative value of slow-canker growth and bark reactions as resistance responses to white pine blister rust. 1997. Hunt, R.S. Canadian Journal of Plant Pathology 19: 352-357.

Année : 1997

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 5025

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1080/07060669709501059

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Dans le cadre d'un programme de sélection de pins argentés (Pinus monticola) fondée sur la résistance a la rouille vésiculeuse du pin blanc (Cronartium ribicola), l'une ou l'autre des réactions suivantes — <<réactions de l’écorce>> et <> - a été observée chez un certain nombre des semis auxquels C. ribicola avait été inoculé. Chez certains semis, la croissance du chancre s’est amorcée lentement mais s’est accélérée par la suite. Chez d’autres, le chancre est disparu, tandis que chez d’autres encore, la croissance du chancre s’est poursuivie lentement. Les chancres à croissance lente se présentaient sous trois formes distinctes: 1) chancres de petite taille, sans renflement; 2) chancres d’aspect fusiforme, avec renflement; 3) chancres de grande taille et d’aspect globuleux. La majorité des formes de chancres à croissance lente étaient également latentes, leur apparition survenant plus de 22 mois après l’inoculation. Par comparaison, la majorité des chancres à croissance normale sont apparus environ 16 mois après l’inoculation, et seulement quelques-uns se sont formés plus de 22 mois après l’inoculation. Le caractère latent semblait un trait lié à l’hôte distinct de la croissance lente du chancre. Chaque forme de chancre à croissance lente semblait associée à des familles particulières, contrairement au phénotype <<réactions de l’écorce>>. En général, une deuxième inoculation aux ramets et aux ortets a de nouveau entraîné l’expression du phénotype <<croissance lente du phénotype>>, la formation d’un chancre ayant été observée chez 41 des 45 clones présentant le phénotype <<réactions de l’écorce>>. L’espèce la plus commune, le Phoma herbarum Westend., a causé des lésions identiques aux réactions de l’écorce lorsqu’inoculée à des semis sains. De nombreux symptômes caractéristiques des réactions de l’écorce peuvent être imputées à d’autres champignons que le C. ribicola. La présente étude révèle que la résistance se manifestant sous la forme de réactions de l’écorce est rare, le C. ribicola parvenant souvent à vaincre cette résistance et à tuer les semis présentant ce phénotype. Bon nombre de ces semis ont également succombé à des infections causées par d’autres espèces de champignons. Le phénotype <> est une caractéristique souhaitable dans les vergers à graines, en particulier si le chancre s’est cicatrisé ou si les chancres sont de petite taille et de forme latente.