Publications du Service canadien des forêts

Soil nutrient and vegetation response to patch clear-cutting of an aspen forest near Meadow Lake, Saskatchewan. 1998. Maynard, D.G.; MacIsaac, D.A. Canadian Journal of Soil Science 78: 59-68.

Année : 1998

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4987

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

Des systèmes alternatifs de sylviculture, comme la coupe à blanc par petites trouées, pourraient devenir une composante importante dans l'élaboration des stratégies d'aménagement durable des forêts de trembles. Nous avons étudié un peuplement de peupliers faux-trembles (Populus tremuloides Michx.) âgé de 64 ans dans le parc provincial Meadow Lake, en Saskatchewan, afin de déterminer les modifications dans la dynamique des éléments nutritifs et la succession secondaire après une coupe à blanc par trouées. Au cours de l'hiver 1993-1994, une coupe à blanc par trouées a été pratiquée sur un hectare, avec répétition. Il n'y a eu aucune préparation du terrain après la coupe. Nous avons recueilli des données sur la végétation annuelle, la régéneration, la sol et les éléments nutritifs, un an avant la coupe et, chaque année après celle-ci, pendant trois ans. La régénération de la tremblaie soumise au traitement a été de 48 375 tiges par hectare deux ans après la coupe. La diversité (alpha) de l'étage inférieur n'a pas été modifiée par la coupe, mais le renouvellement annuel des espèces (bêta) a augmenté légèrement après la coupe. Il y a eu une augmentation de l'azote (N) foliaire chez le tremble pendant deux ans après la coupe. Les concentrations d'éléments nutritifs dans le sol dans les parcelles traitées et non traitées étaient les mêmes, sauf pour le potassium total (18% de moins dans la couche LFH des parcelles traitées trois ans après la coupe). Une coupe à blanc par petites trouées que l'on exécute en laissant intact la litière pourrait convenir aux peuplements à dominance de trembles dans la forêt boréale mixte si l'on veut reduire le plus possible les perturbations écologiques tout en conservant les qualités esthétiques d'un parc.