Publications du Service canadien des forêts

Chronosequences for research into the effects of converting coastal British Columbia old-growth forests to managed forests: an establishment report. 1998. Trofymow, J.A.; Porter, G.; Blackwell, B.; Arksey, R.; Marshall, V.; Pollard, D. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-374. 137 p.

Année : 1998

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4898

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Le Service canadien des forêts a entrepris en 1991 un programme de recherches multidisciplinaires afin d’étudier les changements provoqués par la conversion de vieilles forêts côtières tempérées en forêts aménagées. En 1992, on a établi des placettes dans dix stations du sud de l’île de Vancouver, soit cinq stations dans des peuplements dominés par le douglas vert et situés à l’est de l’île, du côté sec et à l’abri du vent, dans les sous-zones très sèches de la zone côtière à pruche de l’Ouest (CWHxm) et cinq stations dans des peuplements dominés par la pruche de l’Ouest et situés à l’ouest de l’île, du côté exposé au vent et plus humide, dans les sous-zones très humides de la zone (CWHvm). Chaque station abritait une séquence évolutive de base de quatre peuplements - une chronoséquence - correspondant à quatre stades de développement : peuplement en voie de régénération, jeune peuplement, peuplement mûr et vieux peuplement. Les chronoséquences ont été choisies de façon que les peuplements d’une station présentent des caractéristiques similaires au niveau du versant, de l’élévation et de l’aspect. La plupart des peuplements de seconde venue choisis étaient issus d’activités d’exploitation et de brûlage; toutefois, dans trois stations, la présence de peuplements mûrs était attribuable à l’action de feux de forêt ou de glissements de terrain.

Le présent rapport donne des détails sur les circonstances entourant la mise en place de cette expérience sur les chronoséquences de la forêt côtière et, à ce titre, sert de point de repère important aux futurs rapports et publications qui paraîtront. Il présente notamment de l’information sur les critères de sélection des stations, sur l’implantation des placettes et sur l’établissement des cartes, un aperçu général des caractéristiques écologiques, physiographiques, géologiques et climatiques de la région à l’étude (le sud de l’île de Vancouver) et des descriptions des écosystèmes de chacune des stations et placettes, y compris des considérations générales sur le milieu, des descriptions des sols, les caractéristiques chimiques du sol, les caractéristiques générales du peuplement et des listes des espèces végétales indicatrices. Le rapport expose également les méthodes utilisées pour décrire les écosystèmes, un sommaire des résultats obtenus et des comparaisons entre les sous-zones et entre les stations et les stades évolutifs. Il présente aussi de brefs résumés des 18 études de la structure, des processus et de la diversité des écosystèmes effectuées dans ces stations au cours des cinq premières années (1992-1997). Les études sur la structure des écosystèmes examinaient les différences au niveau de la distribution des gros débris ligneux, de l’étage dominant et des ouvertures dans le couvert; les études sur les processus ont notamment porté sur les modifications des teneurs en éléments nutritifs et en carbone dans les stations, sur les transformations des réservoirs de carbone, sur les microenvironnements et sur les flux de carbone des débris (chute de litière, respiration et décomposition dans le sol); les études sur la biodiversité ont notamment consisté à caractériser divers groupes de la pédofaune, de carabidés, de champignons mycorhiziens, de champignons, de salamandres ainsi que de lichens et de plantes vasculaires du couvert. Au cours des cinq premières années, la plupart des études plus détaillées sur les processus et la diversité ont été menées dans les stations dominées par le douglas vert, dans l’est de l’île. Il est prévu que d’autres études sur les processus et la biodiversité seront effectuées dans les stations de l’ouest de l’île.

La recherche sur les chronoséquences donne aux chercheurs l’occasion d’étudier pendant quelques années les changements à long terme de la succession végétale en forêt. Les connaissances ainsi acquises aideront les forestiers à pratiquer une gestion plus saine de ces terrains forestiers, gestion dont dépendent en fin de compte la productivité et la biodiversité de ces forêts.