Publications du Service canadien des forêts

Impacts of cross-contour skidroads on properties of a gravelly sandy loam soil and on planted seedling performance. 1997. Wass, E.F.; Smith, R.B. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-369. 38 p.

Année : 1997

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4790

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

On a étudié les conditions du sol, la croissance de 1 200 semis de pin tordu latifolié (Pinus contorta var. latifolia) et de 1 200 semis de douglas vert (Pseudotsuga menziesii) et le développement d’autres espèces végétales pour évaluer les effets des chemins de débardage sur la productivité de stations à sol pierreux et à texture grossière, composé de dépôts fluvio-glaciaires, dans le centre-sud de la Colombie-Britannique. Avant la plantation des semis, on a évalué la densité du sol, sa pénétrabilité, sa texture et ses propriétés chimiques. On a analysé la teneur en éléments nutritifs du feuillage des semis et le développement de leurs racines cinq saisons de végétation après la plantation. Pour réduire les risque d’érosion, on a ensemencé les chemins de débardage abrupts établis transversalement aux courbes de niveaux avec un mélange de graminées et de légumineuses lors des opérations de plantation. Malgré une diminution de la qualité du sol des chemins de débardage, y compris une augmentation de la densité et de la résistance à la pénétration et une réduction de la teneur en matière organique et de la capacité de rétention d’eau, les taux de croissance des arbres, après 10 ans, n’étaient généralement très différents de ceux établis dans le sol adjacent non perturbé. On pense que la faible concurrence végétale régnant dans les chemins de débardage perturbés par les travaux de terrassement et le surcroît d’azote provenant des légumineuses auraient agi comme facteurs de compensation. Les semis plantés sur les accotements présentait le taux de survie le plus faible, mais ceux qui y ont prospéré avaient généralement un taux de croissance et un développement racinaire supérieurs à ceux établis dans le sol non perturbé et, notamment à ceux poussant dans les anciens chemins de débardage.