Publications du Service canadien des forêts

Impacts of stump uprooting on a gravelly sandy loam soil and planted Douglas-fir seedlings in south-coastal British Columbia. 1997. Wass, E.F.; Smith, R.B. Natural Resources Canada, Canadian Forest Service, Pacific Forestry Centre, Victoria, BC. Information Report BC-X-368. 15 p.

Année : 1997

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4789

La langue : Anglais

Séries : Rapport d'information (CFP - Victoria)

Disponibilité : Commander une copie papier (gratuite), PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé

Des études sur le degré de perturbation du sol causée par les opérations de dessouchage contre les maladies racinaires et sur les répercussions des perturbations ont été entreprises sur un parterre de coupe de la partie sud de l’île de Vancouver, immédiatement avant l’application du traitement et l’établissement d’une plantation de Douglas (Pseudotsuga menziesii). L’état de la surface du sol de la zone dessouchée a été évalué, et la perturbation du sol a été mesurée dans 699 emplacements de plantation. Le développement de la végétation a été évalué dans 10 % des emplacements. De toutes les zones de plantation, 180 ne présentaient pas de perturbations, 277 des amoncellements, et 242 des ornières.

La densité du sol (limon sableux-graveleux) augmentait en fonction de la profondeur, passant de 1,05 mg/m3 à la surface à plus de 1,60 mg/m3 à des profondeurs de plus de 40 cm. La perturbation n’augmentait pas de façon significative la densité du sol. Contrairement aux observations faites lors d’études antérieures de cette nature, l’arrachage des souches a permis une plus grande pénétrabilité du sol; le développement de la végétation différait peu entre les sols perturbés et les sols non perturbés. Les impacts assez faibles sur le sol s’expliquent par l’habilité de l’excavateur à empiler les souches sans déplacer le sol superficiel et à la faible susceptibilité du sol au compactage. En raison de ces impacts négligeables et de la compétition végétative réduite dans le sol perturbé, le taux de croissance des arbres, après 10 ans, était nettement supérieur dans les amoncellements (12 % de plus en hauteur et 18 % de plus en diamètre) et dans les ornières (6 % de plus en hauteur et 8 % de plus en diamètre) que dans les sols non perturbés.