Publications du Service canadien des forêts

Biological control of red alder (Alnus rubra) with indigenous pathogenic Ascomycotina. 1996. Dorworth, C.E.; Macey, D.E.; Sieber, T.N.; Woods, T.A.D. Canadian Journal of Plant Pathology 18(4): 315-324.

Année : 1996

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4726

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

L'aulne rouge (Alnus rubra) est une essence de grande valeur sur 10 à 20 % des terrains forestiers de la côte du Pacifique de l'Amérique du Nord, mais il est considéré comme une espèce concurrente plus ou moins indésirable dans les plantations de conifères sur la majeure partie du reste de ce territoire. On a élaboré une stratégie de lutte contre l'aulne rouge destinée aux régions écologiquement fragiles où l'usage de pesticides est interdit par la loi et comme complément aux mesures de lutte contre les espèces indésirables. Dans une forêt côtière typique de l'Ouest, on a inséré dans de petits trous percés dans des tiges d'aulnes rouges (Alnus rubra) des goujons en bois inoculés d'un agent pathogène (technologie connue sous le nom de PFC-MYCOCHARGE). On a inoculé les 30 arbres (6 par classe de diamètre; diamètre de 0.5 à 50 cm environ) de 11 blocs avec l'un des 11 isolats de 7 espèces d'Ascomycotina précédemment isolées sur des aulnes rouges en Colombie-Britannique. Un douzième bloc de 30 arbres, utilisé comme témoin, a reçu des goujons non colonisés d'inoculum. Un seul isolat de Nectria ditissima (PFC-082/ATCC 74260; U.S. Pat. Off. 5,340,578) a donné des résultats qui justifiaient son développement commercial (succès de l'inoculation de presque 100%, dommages importants aux tissus des aulnes et réduction de l'état de santé général des arbres inoculés). Aucune relation significative entre l'espèce pathogène et la mortalité n'a été relevée lors de cet assai d'une durée limitée. Le N. ditissima PFC-082 n'a pas réussi à se reproduire dans les arbres et a été rapidement remplacé par des organismes secondaires, de sorte que le danger de dissémination indésirable de cet agent pathogène est nul. Il est recommandé de développer commercialement la stratégie PFC-MYCOCHARGE comme outil auquel pourront faire appel les opérations d'éclaircie précommerciale prévues dans les plans d'aménagement forestier.