Publications du Service canadien des forêts

Variation in the induced resin response of white spruce, Picea glauca, to attack by Pissodes strobi. 1996. Alfaro, R.I.; Kiss, G.K.; Yanchuk, A. Canadian Journal of Forest Research 26(6): 967-972.

Année : 1996

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4339

La langue : Anglais

Disponibilité : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Sélectionner

Résumé

La réaction de défense provoquée par l'attaque du charançon du pin blanc, Pissodes strobi Peck, et qui se manifeste par la production de résine a été étudiée chez des épinettes blanches, Picea glauca (Moench) Voss, qui avaient subi des attaques d'intensité différente. La réaction était la plus fote chez les arbres où l'attaque n'avait pas réussi, c.-à-d. où la ponte avait eu lieu mais où les oeufs avaient été tués et où aucun adulte n'avait émérge. Les arbres où l'attaque avait réussi avaient en moyenne une réaction équivalente à seulement 62% de celle des arbres où l'attaque n'avait pas réussi. Les arbres qui n'avaient subi que l'activité trophique des charançons avaient une réaction beaucoup plus faible, équivalente à 42% de celle des arbres où l'attaque n'avait pas réussi. Les arbres sains qui n'avaient pas été attaqués produisaient peu ou pas de résine. L'intensité de la réaction variait de façon non linéaire en fonction du nombre d'oeufs pondus, augmentant rapidement à partir de zéro chez les arbres sains, étant maximale chez les arbres qui avaient entre 10 et 60 trous de ponte et diminuant à nouveau progressivement chez les arbres qui avaient un nombre plus élevé de trous de ponte. Pour un nombre donné de trous de ponte, les épinettes blanches résistantes avaient toujours une réaction de défense plus forte que les arbres susceptibles. Le nombre d'oeufs pondus sur une pousse terminale était inversement relié à l'intensité de la réaction de défense et au moment de l'attaque. Moins d'oeufs étaient pondus sur les pousses terminales qui produisaient beaucoup de résine ou étaient attaquées tard en saison comparativement à celles qui produisaient moins de résine ou étaient attaquées tôt en saison.