Publications du Service canadien des forêts

Clearcut and forest-type discrimination in satellite SAR imagery. 1996. Yatabe, S.M.; Leckie, D.G. Canadian Journal of Remote Sensing 21(4): 455-467.

Année : 1996

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4309

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

La présente étude avait pour objet d'évaluer et de comparer trois systèmes radars montés à bord de satellites en regard de leur utilité pour distinguer les coupes à blanc des terrains forestiers avoisinants (peuplements forestiers, champs ouverts et milieux humides). La zone d'etude est située près de Chalk River, en Ontario. L'imagerie radar, qui s'échelonne sur une période de 17 mois, de 1992 à 1993, comprend deux images JERS-1 dont l'une recueillie en été et l'autre en hiver, des images ERS-1 prises au cours des quatre saisons et, enfin, une image ALMAZ acquise en été. Toutes les images ont été superposées à une image obtenue avec le capteur thématique de Landsat corrigée selon le système de projection UTM. Des zones d'entrainement ont été etablies pour les coupes à blanc dans des conditions différentes de sol et pour plusieurs types de peuplement tels que les peuplements de pins rouges, de pins gris, de feuillus et de mélangés. La discriminabilité des signatures des zones d'entraînement a été déterminée dans chaque image.

La détectabilité des coupes à blanc augmente à mesure que diminue la densité de la végétation. Les images JERS-1 et ALMAZ présentent un potentiel supérieur aux images ERS-1 pour distinguer les coupes à blanc des régions forestières. Les coupes à blanc, en effet, ne peuvent être détectées de façon constante sur les images ERS-1, en particulier lorsque le terrain est accidenté. La rétrodiffusion produite par les coupes à blanc sur les images ERS-1 apparaît liée aux conditions environnementales qui prévalaient lors de l'acquisition des images. On remarque, d'autre part, que les images ERS-1 offrent, en général, un potentiel supérieur aux images JERS-1 et ALMAZ pour distinguer les types de peuplement, mais il est peu probable que l'on utilise uniquement des données RAS de la bande C pour la cartographie des types de peuplement forestier.