Publications du Service canadien des forêts

Above- and belowground drivers of intraspecific trait variability across subcontinental gradients for five ubiquitous forest plants in North America. Cardou, F., Munson, A.D., Boisvert-Marsh, L. et al. Jour. of For. Ecol. Vol. 110, Issue 7. July 2022. Pg 1590-1605. https://doi.org/10.1111/1365-2745.13894

Année : 2022

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 40834

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : https://doi.org/10.1111/1365-2745.13894

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La prévision de la réponse des communautés végétales aux changements environnementaux est cruciale pour prévoir les changements dans le fonctionnement des écosystèmes. Les espèces végétales de sous-bois jouent un rôle essentiel dans les écosystèmes des forêts nordiques. L’étude de la façon dont les plantes s’adaptent à leur environnement par l’expression de leurs caractères peut révéler comment elles peuvent réagir et s’adapter aux changements environnementaux. Cet article étudie la variabilité intraspécifique des caractéristiques des feuilles et des racines de cinq espèces végétales de sous-bois et la manière dont cette variabilité s’accorde avec l’environnement de l’espèce. Nous avons recruté 23 équipes de recherche à travers le Canada, dont nous avons coordonné les efforts pour l’échantillonnage sur le terrain de 78 sites en juillet 2014 (de Terre-Neuve-et-Labrador au nord de l’Alberta). Nous avons ensuite déterminé les facteurs de variabilité dans l’expression des traits — climat, conditions du sol, communauté végétale environnante ou caractéristiques de la canopée — dans les espèces individuelles et entre les espèces en utilisant des modèles mixtes linéaires. En comparant les résultats de toutes les espèces étudiées, la variabilité des traits foliaires était principalement déterminée par le climat et la structure de la canopée des arbres. Cependant, les relations fortes entre les traits racinaires et l’environnement sont spécifiques aux traits. Une plus grande variabilité des traits est rarement associée à une meilleure adéquation entre les espèces et leur environnement. Ces résultats montrent comment des espèces ayant des tolérances écologiques similaires peuvent chacune répondre différemment aux changements de leur environnement.