Publications du Service canadien des forêts

Drivers of extreme wildfire years in the 1965–2019 fire regime of the Tłı̨chǫ First Nation territory, Canada. 2022. Gaboriau, D. M.; Asselin, H.; Ali, A. A.; Hély, C.; Girardin, M.P. Écosciences, 29:3, 249-265

Année : 2022

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 40762

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 1080

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Des superficies exceptionnellement vastes ont brûlé en 2014 dans le centre des Territoires du Nord-Ouest (Canada), ce qui a conduit les membres de la Première Nation Tłı̨chǫ à qualifier cette année d’« extrême ». Les facteurs climatiques descendants et les facteurs environnementaux ascendants expliquant le comportement du feu et les superficies brûlées en forêt boréale sont relativement bien connus, mais pas les facteurs associés aux années de feu extrêmes (EWY). Nous avons étudié les distributions temporelles et spatiales des composantes du régime des feux (occurrence, taille, cause, durée de la saison de feu) sur le territoire Tłı̨chǫ de 1965 à 2019. Nous avons utilisé BioSIM et des données de stations météo pour interpoler les conditions météorologiques moyennes, la teneur en humidité du combustible et des indices forêt-météo pour chaque saison de feu et nous avons décrit les caractéristiques environnementales des zones brûlées. Nous avons identifié et caractérisé les EWY, c.-à-d., les années dépassant le 80e percentile des superficies annuelles brûlées de la période d’étude. La température et la teneur en humidité du combustible étaient les principaux déterminants des superficies brûlées. Neuf EWY sont survenues entre 1965 et 2019, incluant 2014. Les EWY se différencient des autres années par une température moyenne significativement plus élevée (> 14,7°C) et par le dépassement de valeurs seuils de l’indice de sécheresse (> 514), de l’indice de propagation initiale (> 7) et de l’indice forêt-météo (> 19). Nos résultats aideront à limiter les effets négatifs des EWY sur la sécurité et la santé des personnes ainsi que sur le maintien des moyens de subsistance et du mode de vie autochtones