Publications du Service canadien des forêts

Combining Area-Based and Individual Tree Metrics for Improving Merchantable and Non-Merchantable Wood Volume Estimates in Coastal Douglas-Fir Forests

Année : 2022

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 40734

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

Les pratiques d’aménagement forestier peuvent permettre d’accroître le potentiel d’atténuation des changements climatiques par le biais d’applications axées sur les bilans du carbone. Une de ces applications consiste à utiliser la matière non marchande (c. à d. les résidus de coupe qui sont habituellement empilés et brûlés) pour la production de bioénergie. Toutefois, on ne dispose de données de télédétection suffisantes pour estimer la quantité de résidus ligneux qu’une fois le bois récolté, et à ce moment là, la récupération du bois résiduel présente peu d’intérêt commercial. Dans le cadre de la présente recherche, nous avons utilisé une méthode hybride pour élaborer un modèle qui fournisse des estimations avant récolte de la quantité de matière marchande et non marchande qui serait obtenue à l’issue de la récolte; nous avons également étudié l’extensibilité et la transférabilité de ces mesures à l’échelle de la parcelle de récolte. Nous avons entraîné le modèle à l’aide de 38 parcelles réparties dans 2 sites dominés par le douglas vert, puis nous avons étendu le modèle à 10 parcelles de récolte; nous avons également transféré le modèle à 8 parcelles dans 2 sites, sans données d’entraînement, avant d’effectuer une comparaison avec plusieurs estimations indépendantes à l’échelle de la parcelle. Les résultats du modèle indiquent une erreur quadratique moyenne de 35 % et de 38 % pour le volume marchand et non marchand, respectivement. Il y avait des différences absolues moyennes similaires entre les volumes récoltés pesés et les estimations du volume marchand dans les parcelles avec entraînement (9–34 %) ou dans les parcelles avec transfert (15–20 %). Pour le volume non marchand, le modèle donnait également des résultats similaires dans les parcelles de récolte avec entraînement et dans les parcelles avec transfert, et les estimations avant récolte produites par le modèle présentaient moins de différences par rapport aux données géospatiales après récolte que les relevés sur le terrain. Les résultats de cette étude sont prometteurs pour ce qui est de l’utilité des méthodes hybrides dans l’amélioration des estimations du volume de bois marchand par rapport aux approches fondées sur des données conventionnelles sur le couvert forestier. Ils offrent aussi la possibilité de prédire les volumes non marchands avec des taux d’exactitude semblables à ceux obtenus par les méthodes après récolte de relevé des résidus.

Résumé en langage clair et simple

La mise au point d’outils géospatiaux améliorés pour l’inventaire forestier grâce aux données de télédétection a grandement amélioré les estimations avant récolte du volume de bois de fût marchand. Les outils géospatiaux permettant de quantifier le volume de bois de fût non marchand ne sont toutefois pas aussi développés. Dans certaines forêts, les résidus de récolte peuvent représenter 7 à 11 % du volume de bois marchand. Ces résidus pourraient être mieux utilisés aux fins de production de bioénergie ou à d’autres fins si leur volume était connu au moment de la planification de la récolte. Dans la présente étude, nous avons utilisé une approche hybride fondée à la fois sur les zones et sur la classification par arbre individuel pour analyser des données de télédétection et élaborer un modèle. Nous avons entraîné le modèle à l’aide de données avant récolte et après récolte dans 10 parcelles de douglas vert, puis nous l’avons testé dans 8 autres parcelles. Nous avons comparé les estimations du volume de bois marchand et non marchand produites par le modèle au volume pesé réel et au volume de résidus réel dans la parcelle. Dans les parcelles ayant servi à entraîner le modèle, les estimations du volume de bois marchand produites par le modèle ne s’écartaient pas de plus de 9 à 34 % des volumes pesés, et les écarts étaient similaires (15 à 20 %) dans les parcelles ayant servi à tester le modèle. Les estimations du volume de bois non marchand étaient similaires dans les parcelles ayant servi à entraîner le modèle et dans celles ayant servi à tester le modèle. Ces résultats sont prometteurs pour ce qui est de l’utilité des méthodes hybrides dans l’amélioration des estimations avant récolte du volume de bois de fût marchand et non marchand.