Publications du Service canadien des forêts

Clonal variation in coppiced and uncoppiced growth, root-sprout stem formation, and biomass partitioning in Salix interior on two highly disturbed site types. 2021. Mosseler, A.; Major, J.E. Canadian Journal of Forest Research 52 (2).

Année : 2021

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 40580

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2021-0025

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Salix interior Rowlee (INT) est un saule nord-américain très répandu appartenant au petit groupe taxonomique Salix section Longifoliae, qui est remarquable par sa capacité à former des colonies d’origine végétative composées de nombreuses tiges provenant de drageons issus d’un réseau racinaire horizontal peu profond. La présente étude quantifie la production de biomasse par des plants recépés âgés d’un an et des plants d’origine âgés de quatre ans qui se sont établis à partir de boutures dormantes sans racines, et par des drageons associés à chaque ortet (plante mère d’origine) à l’aide de huit clones de INT établis sur deux types distincts de stations. La masse sèche des tiges d’ortet recépées ou non était significativement plus grande sur un sol recouvert d’un schiste argileux à texture grossière (SA), peut-être en raison de sa fertilité significativement plus élevée, que sur des dépôts adjacents composés de gravier d’épandage (DG) qui soutenaient une plus grande masse de drageons. La masse sèche totale des tiges (ortet et drageons associés) était semblable chez les plants recépés d’un an et les plants non recépés de quatre ans sur les deux types de stations, ce qui indique une récupération rapide de la croissance en biomasse et de la production au cours de l’année qui a suivi le recépage. Des différences significatives de masse sèche de tige d’ortet ont été observées entre les clones et entre les niveaux d’interaction entre le type de stations et les clones, en particulier sur les stations SA, ce qui indique que la sélection clonale pourrait être utile pour augmenter la production de biomasse sur différents types de stations. Lorsqu’elle était exprimée en proportion de la masse sèche totale des tiges produites sur des parcelles de 2 m × 2 m, la composante des drageons représentait 57 % de la masse sèche totale des tiges par parcelle (ortet et drageons associés) sur les stations DG et seulement 18 % sur les stations SA. L’utilisation de saules formant des colonies tel que le INT minimise le besoin de replantation périodique, ce qui constitue un avantage en matière de coût par rapport aux plantations conventionnelles de biomasse ligneuse à courte rotation qui utilisent des espèces qui n’ont pas la capacité de produire de nouvelles tiges à partir de drageons. Cette caractéristique de drageonnement permet à INT de s’établir et de se propager rapidement sur les stations difficiles à aménager, ce qui rend ce saule approprié pour une utilisation visant la remise en état des terres. [Traduit par la Rédaction]

Résumé en langage clair et simple

Le Salix interior Rowlee (INT) est un saule d’Amérique du Nord largement répandu qui est remarquable par sa capacité à former des colonies d’origine végétative composées de multiples tiges provenant de drageons racinaires (DR) issus de son réseau de racines horizontales peu profondes. La présente étude quantifie la production de biomasse par des plantes taillées âgées de 1 an et par leurs plantes-mères âgées de 4 ans issues de boutures dormantes non racinées, ainsi que par les DR associés à chaque plante, grâce à huit clones de INT établis sur deux types de terrains distincts. La masse sèche des tiges taillées ou non taillées était significativement plus grande sur les morts-terrains de schiste (TS) à texture grossière que sur les dépôts de délavage de gravier (DG) adjacents, qui soutenaient une plus grande masse de DR, possiblement parce que les premiers sont beaucoup plus fertiles. Des différences significatives ont été constatées entre les clones en ce qui a trait à la masse sèche des tiges, particulièrement sur les TS, ce qui indique que la sélection clonale pourrait s’avérer utile pour accroître la production de biomasse sur différents types de terrains. Lorsqu’elle était exprimée en proportion de la masse sèche totale des tiges produites sur des placettes de 2 m × 2 m, la composante des DR représentait 57 % de la masse sèche totale des tiges par placette (une valeur significative) sur les DG, et seulement 18 % sur les TS. L’utilisation de saules formant des colonies tels que le INT réduit grandement le besoin de replantation périodique, ce qui constitue un avantage en matière de coût par rapport aux plantations conventionnelles de taillis à courte rotation pour la production de biomasse ligneuse, lesquelles utilisent des espèces qui n’ont pas la capacité de produire des nouvelles tiges par drageonnement racinaire. Cette capacité de drageonnement racinaire permet au INT de s’établir et de se propager rapidement sur les terrains difficiles à aménager, ce qui rend l’utilisation de ce saule appropriée pour la réhabilitation de terrains.