Publications du Service canadien des forêts

Interguild interactions between a non-native phloem feeder and a native outbreaking defoliator. 2020. MacDonnell, M.; Edwards, S.; Heard, S.B.; Pureswaran, D.S.; Johns, R.C. Ecological Entomology 45 (3): 697-708.

Année : 2020

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 40537

La langue : Anglais

Disponibilité : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : https://doi.org/10.1111/een.12843

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

  1. Les interactions de concurrence et de synergie ont des incidences directes ou indirectes sur la dynamique des communautés d’insectes herbivores. Les interactions nouvelles entre les insectes non indigènes et les insectes indigènes sont imprévisibles et peu comprises.
  2. Nous avons réalisé des expériences de manipulation à partir d’épinettes rouges matures pour évaluer les interactions entre le longicorne brun de l’épinette, insecte non indigène se nourrissant du phloème, et la tordeuse des bourgeons de l’épinette, insecte défoliateur indigène dont les populations explosent périodiquement. Nous avons soumis des arbres ayant subi différents traitements à une défoliation par trois densités de larves de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Les traitements des arbres étaient les suivants : stress causé par (i) l’annelage (pour simuler l’alimentation de coléoptères) ou (ii) annelage  +  longicorne brun de l’épinette avant l’introduction de larves de la tordeuse des bourgeons de l’épinette dans des cages entourant des branches. Les larves de la tordeuse se sont nourries du feuillage jusqu’à leur nymphose. Nous avons évalué pour toutes les branches la performance de la tordeuse, la défoliation, la production de pousses et la croissance des pousses.
  3. La longueur des pousses ne variait pas en fonction du stress causé par l’annelage ou par l’infestation de longicorne brun de l’épinette. Ni le stress causé par l’annelage ni les interactions avec l’alimentation du longicorne brun de l’épinette n’ont eu d’incidence sur la performance de la tordeuse des bourgeons de l’épinette ou sur la défoliation. Les facteurs intraspécifiques liés à la densité de la tordeuse ont eu un effet plus élevé sur la performance et la défoliation que les facteurs de stress.
  4. Dans notre contexte expérimental, l’infestation préalable des épinettes rouges par le longicorne brun de l’épinette n’a eu aucun effet sur la performance de la tordeuse des bourgeons de l’épinette. Le longicorne brun de l’épinette est une espèce envahissante qui a réussi à se fondre dans sa nouvelle niche écologique grâce à ses similitudes écologiques et phylogénétiques avec un congénère indigène, le Tetropium cinnamopterum.
  5. Les infestations de longicorne brun de l’épinette n’auront probablement aucun effet négatif ou positif sur les infestations de tordeuse des bourgeons de l’épinette. Il serait intéressant d’évaluer le scénario inverse, c’est-à-dire le succès du longicorne brun de l’épinette à la suite du stress causé par la défoliation des arbres par la tordeuse des bourgeons de l’épinette.