Publications du Service canadien des forêts

Direct and Indirect Effects of Forest Anthropogenic Disturbance on Above and Below Ground Communities and Litter Decomposition. Laigle, I., Moretti, M., Rousseau, L., Gravel, D., Venier, L.A., Handa, I.T., Messier, C., Morris, D., Hazlett, P., Fleming, R., Webster, K., Shipley, B., Aubin, I., Ecosystems (2021) 24: 1716–1737

Année : 2021

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 40522

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : https://doi.org/10.1007/s10021-021-00613-z

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La prise en compte des effets directs et indirects de la modification de l’habitat et des changements dans les interactions biotiques est essentielle à la compréhension des conséquences écologiques des perturbations anthropiques des forêts sur les écosystèmes forestiers. Peu d’études empiriques évaluent les effets indirects et tiennent compte de multiples niveaux trophiques, mais les progrès statistiques et théoriques récents offrent de nouvelles solutions. Nous étudions ici les effets directs et indirects des perturbations anthropiques sur les communautés multitrophiques d’organismes du sol dans une forêt boréale. Nous avons évalué les réponses abiotiques et biotiques à court terme (2 ans) à deux perturbations anthropiques d’intensité différente : la récolte traditionnelle et la récolte suivie de l’élimination de la matière organique. Nous avons quantifié les changements constatés dans huit groupes d’espèces, y compris la végétation et la faune du sol, et leurs effets potentiels sur la décomposition de la litière foliaire. Nous avons utilisé une approche fondée sur les caractéristiques et une modélisation des équations structurelles pour quantifier les effets directs et indirects de l’intensité des perturbations sur les conditions environnementales, les réponses fonctionnelles des communautés biotiques en surface et souterraines et la décomposition de la litière foliaire. L’intensité des perturbations forestières a eu un effet ascendant sur la composition des communautés d’espèces, des niveaux trophiques inférieurs (par exemple, les collemboles détritivores) jusqu’aux principaux prédateurs de la faune du sol (par exemple, les araignées volantes). Nos résultats révèlent certaines répercussions des perturbations sur la décomposition de la litière foliaire par l’entremise de changements dans les communautés fauniques. Notre étude montre qu’une évaluation multitrophique des répercussions des perturbations fournit une compréhension intégrative des réponses des écosystèmes aux changements environnementaux.