Publications du Service canadien des forêts

Plant traits as indicators of recovery of reclaimed wellsites in forested areas: Slow but directional succession trajectory. Azeria, E.T., Santala, K., McIntosh, A.C.S., Aubin, I., Forest Ecology and Management (2021) 468:118180

Année : 2021

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 40492

La langue : Anglais

Séries : Rapport interne (CFGL - Sault Ste. Marie)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : https://doi.org/10.1016/j.foreco.2020.118180

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La compréhension des processus sous-jacents qui influencent la succession des écosystèmes après une perturbation peut avoir des conséquences pratiques dans la gestion de l’utilisation des terres et les pratiques de restauration. Il nous manque cependant une bonne compréhension du rétablissement à long terme des zones touchées par de graves perturbations d’origine humaine. Pour y remédier, nous avons examiné les changements dans les communautés végétales du sous-étage forestier et leurs caractéristiques dans des sites de puits de pétrole et de gaz perturbés à différents moments dans le passé (7-48 ans) et pour lesquels des activités de remise en état ont été menées. Ces sites ont ensuite été comparés à des sites de référence dans des forêts naturelles et post-récolte. Au fur et à mesure que le temps écoulé depuis la perturbation augmentait, nous avons constaté que les espèces présentes dans les sites remis en état possédaient certains traits similaires à ceux trouvés dans les sites de référence, mais pas de manière constante. Notamment, les sites remis en état restent dominés principalement par des espèces possédant des traits liés à l’utilisation efficace des ressources, comme les espèces exotiques, par rapport aux traits caractéristiques des espèces à croissance plus lente trouvées dans les sites de référence. Nous avons également constaté un lien étroit entre les variables environnementales et les caractéristiques des plantes, probablement en raison des effets durables de l’exploitation des puits, même après la remise en état de ces sites. La connaissance de la composition des espèces végétales et de leurs caractéristiques associées pourrait grandement améliorer notre compréhension du processus de récupération dans les écosystèmes restaurés et éclairer des pratiques de restauration plus efficaces dans ces paysages fortement touchés.