Publications du Service canadien des forêts

Assessing temporal response to biomass removal: A framework for investigating evolving constraints on boreal stand development. Fleming, R.L., Morris, D.M., Hazlett, P.W., Forest Ecology and Management 497 (2021) 119518

Année : 2021

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 40477

La langue : Anglais

Séries : Rapport interne (CFGL - Sault Ste. Marie)

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : https://doi.org/10.1016/j.foreco.2021.119518

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les répercussions de l’intensité de la récolte et de la perturbation du sol sur la productivité du site sont susceptibles de varier en fonction du stade de développement du peuplement et des processus interactifs liés à la fonction de l’écosystème. Sur les sites boréaux des hautes terres, la productivité des peuplements peut initialement être limitée par les conditions microclimatiques. Cependant, l’augmentation de la demande en nutriments et l’interception excessive de la lumière associée au développement de la canopée peuvent mettre progressivement l’accent sur la disponibilité des nutriments, la capacité de stockage de l’eau dans le profil et la compétition asymétrique. Nous illustrons ces effets à l’aide de données recueillies 20 ans après la récolte dans quatorze installations de productivité des sols à long terme (PSLT) de pin gris (Pinus banksiana Lamb.) et d’épinette noire (Picea mariana (Mill.) BSP) dans le nord de l’Ontario. La croissance initiale et la survie à dix ans étaient aussi importantes ou plus importantes en l’absence de couverture morte, mais au bout d’un an, les augmentations de hauteur dominantes étaient généralement plus importantes avec des couvertures mortes intactes. Les gelées de la saison de croissance et les déficits élevés de pression de vapeur ont été plus fréquents avec les traitements avec couverture morte qu’avec les traitements sans couverture morte pendant la phase initiale d’établissement du peuplement. De même, les températures moyennes du sol pendant la saison de croissance étaient de 2˚C à 5˚C plus élevées en l’absence de couverture morte pendant cette phase, avec des valeurs d’indice de surface foliaire (ISF) inférieures à 0,5. Pendant la phase suivante de croissance accélérée, les différences de microclimat entre les traitements se sont dissipées à mesure que l’indice de surface foliaire augmentait. Les concentrations de N foliaire et les rapports N:P, ainsi que la minéralisation nette de N dans le sol, étaient généralement plus élevés dès un jeune âge en présence de couverture morte et ont souvent diminué à l’approche de la fermeture de la canopée. De même, les contraintes modélisées au niveau du site liées à la disponibilité de l’eau dans le sol ont augmenté avec le développement du peuplement, atteignant un pic aux valeurs ISF associées au stade d’exclusion de la tige. En plaçant la réponse post-récolte (c.-à-d. les répercussions de l’intensité de la récolte) dans le contexte des relations entre le développement structurel du peuplement, les changements dans le microclimat, et l’offre et la demande de ressources, on devrait mieux comprendre les effets à long terme des pratiques d’établissement.