Publications du Service canadien des forêts

Soil and Nutrient Cycling Responses in Riparian Forests to the Loss of Ash (Fraxinus spp. L) from Emerald Ash Borer (Agrilus planipennis, Fairmaire). 2020. Sibley, P.K., Dutkiewicz, D., Kreutzweiser, D.P., Hazlett, P. Forests 2020, 11, 489.

Année : 2020

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 40192

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les objectifs de cette recherche étaient d’évaluer les effets de la mortalité des arbres cause par l’agrile du frêne) sur les forêts riveraines et des sols. Les chercheurs des parcelles établies dans deux forêts riveraines dans le sud-ouest de l’Ontario. À un site, l’agrile du frêne tué une quantité importante de frênes huit à dix ans. À la deuxième site frênes connu de graves de la mortalité de un à trois ans. Pour les deux sites, les chercheurs ont choisi les parcelles qui n’ont pas été touchés par les cendres la mortalité et par rapport aux parcelles qui avaient des cendres importante de la mortalité. Les chercheurs ont mesuré : 1) la verrière ouverture 2) litterfall 3) la végétation herbacée 4) de carbone et d’azote du sol et 5) la minéralisation azote du sol. Les parcelles que l’expérience de la mortalité l’agrile du frêne a eu un couvert forestier plus ouvert, plus la végétation herbacée au sol. Il y a eu une réduction litterfall et un flux plus bas d’éléments nutritifs pour les sols forestiers. En dépit de la réduction du nombre de flux de nutriments, il n’y avait pas de différence mesurée dans le sol en azote et la teneur en carbone ou de l’azote du sol de minéralisation. Dans l’ensemble, même si l’agrile du frêne entraîne des dommages importants aux forêts, pour une période pouvant aller jusqu’à 10 ans après la mortalité, la forêt riveraine semble résistant aux effets de l’organisme nuisible.