Publications du Service canadien des forêts

Nitrogen mineralization and decomposition in forest floors in adjacent plantations of western red cedar, western hemlock, and Douglas-fir. 1994. Prescott, C.E.; Preston, C.M Canadian Journal of Forest Research 24: 2424-2431.

Année : 1994

Disponible au : Centre de foresterie du Pacifique

Numéro de catalogue : 4017

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : Commander une copie papier (gratuite)

Sélectionner

Résumé

Afin de déterminer si la litière du cèdre de l’Ouest (Thuja plicata Donn) contribue à la faible disponsibilité de N dans les forêts de cèdre-pruche, nous avons mesuré les concentrations de N et les taux de minéralisation nette de N dans les couvertures mortes de plantations pures de cèdre, de pruche de l’Ouest (Tsuga heterophylla (Raf.) Sarg.) et de sapin de Douglas (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) sur une même station côtière de la Colombie-Britannique. Les concentrations en N total et extractible ainsi que des taux de minéralisation nette durant des incubations en laboratoire étaient les plus faibles dans la couverture morte de cèdre et les plus élevés, dans celle de sapin de Douglas. Moins de C a été minéralisé dans la couverture morte de cèdre durant l’incubation, et la quantité de N minéralisé par unité de C était la plus faible pour le cèdre. Le taux de perte de masse de la litière de feuilles des trois espèces était similaire durant les 50 premières semaines d’une période d’incubation de 70 semaines en laboratoire; la perte de masse de cèdre était plus rapide durant le 20 dernières semaines. Le taux de minéralisation nette de N dans la couverture morte était significativement corrélé avec la teneur initiale en N, le rapport C/N, le taux de lignine (Klason) et le rapport lignine/N de la litière foliaire. La litière foliaire de cèdre avait des concentrations plus faibles en N et des proportions plus élevées en C alkyle (basé sur la spectroscopie de RMN 13C) que la litière de sapin de Douglas. Ces caractéristiques de la litière de cèdre peuvent contribuer à la faible disponibilité de N dans les couvertures mortes des forêts de cèdre-pruche. Les concentrations en C alkyle (les cires et la cutine) peuvent être plus fiables que la lignine pour prédire les pertes de masse et la minéralisation de N dans les litières.