Publications du Service canadien des forêts

A flexible approach for predicting and mapping postfire wood borer attacks in black spruce and jack pine forests using the differenced normalized burn ratio (dNBR)1. 2020. Boucher, J.; Hébert, C.; Bauce, É. Can. J. For. Res. 50: 880–889

Année : 2020

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 40163

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2019-0334

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Abstract

La coupe de récupération est utilisée pour réduire les pertes économiques après un feu de forêt. Cependant, les arbres brûlés sont rapidement colonisés par des insectes xylophages, ce qui réduit la valeur marchande du bois. L’objectif de cette étude consistait à prédire la densité des attaques de xylophages (Monochamus Megerle dans Dejean, 1821) après feu, en fonction de variables rapidement disponibles, soit la surface terrière par essence, le diamètre de la tige et la sévérité du feu, à l’aide du « differenced normalized burn ratio (dNBR) ». En 2011, nous avons échantillonné 60 sites d’épinette noire (Picea mariana (Mill.) Britton, Sterns et Poggenb.) et de pin gris (Pinus banksiana Lamb.) dans cinq brûlis de 2010, en Haute-Mauricie au Québec, Canada. Sur sept arbres par site, une section de tronc de 50 cm fut écorcée afin d’estimer la densité des attaques de xylophages. Les attaques de xylophages étaient plus abondantes sur l’épinette noire que sur le pin gris. L’utilisation du dNBR en tant que variable continue a révélé un effet quadratique de la sévérité du feu sur la densité des attaques sur l’épinette noire, qui était plus élevée après un feu de sévérité modérée. Dans le pin gris, la densité maximale des attaques de xylophages était associée à un feu de sévérité élevée. Les modèles produits dans cet article aideront les aménagistes forestiers à mieux prioriser les