Publications du Service canadien des forêts

Long-term tree-ring derived carbon dynamics of an experimental plantation in relation to species and density in Northwestern Ontario, Canada. 2019. Metsaranta, J.M. Forest Ecology and Management 441(2019):229-241.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 40147

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.foreco.2019.03.038

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les efforts pour rétablir les forêts sur des terres agricoles marginales se poursuivent en Ontario depuis le début du XXe siècle. Ces efforts consistaient généralement à planter une seule essence à intervalles réguliers. Cette approche produit des plantations d’arbres qui n’ont pas la diversité des forêts naturelles, mais ces plantations peuvent quand même aider à atténuer les émissions de gaz à effet de serre parce qu’elles emmagasinent le carbone dans leur végétation vivante, dans le bois mort et autre matière organique morte qui se trouvent par terre et dans leurs sols. Dans cette étude, un modèle a été créé pour analyser les changements dans le stockage du carbone au fil du temps sur un site expérimental près de Thunder Bay, en Ontario, lequel a été établi sur une ancienne terre agricole 63 ans plus tôt. Sur le site, trois essences d’arbres (pin rouge, épinette blanche et épinette noire) ont été plantées à trois intervalles différents. L’accumulation du volume de bois était plus importante pour le pin rouge et moins grande pour l’épinette noire. Au cours des premières années suivant la plantation, l’accumulation de carbone était plus forte à l’endroit où l’espacement était moins grand, mais la différence entre les intervalles a diminué avec le temps. Les résultats de cette étude approfondissent notre compréhension de l’incidence des choix de gestion comme la sélection de trois essences et la densité de la plantation initiale.