Publications du Service canadien des forêts

Digital mapping of paludification in soils under black spruce forests of eastern Canada. 2018. Mansuy, N.; Valeria, O.; Laamrani, A.; Fenton, N.; Guindon, L.; Bergeron, Y.; Beaudoin, A.; Légaré, S. Geoderma Regional 15(2018):e00194.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 40143

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1016/j.geodrs.2018.e00194

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Dans les écosystèmes boréaux nordiques, des matières organiques partiellement décomposées s’accumulent sur les sols minéraux saturés. Ce processus, que l’on nomme la paludification, réduit la régénération des arbres et la croissance des forêts. Étant donné cet effet négatif sur la productivité forestière, il est important de déterminer les endroits où la paludification est le plus susceptible d’avoir lieu dans les peuplements d’épinettes noires. Nous avons utilisé un programme informatique pour prédire l’épaisseur de la couche organique, et ces prédictions ont été utilisées pour représenter les matières organiques partiellement décomposées sur les sols minéraux saturés dans le nord-est du Canada (où les forêts ont tendance à se paludifier naturellement). Nous avons évalué le rendement du modèle à l’aide de données provenant de cartes de relevés écologiques classiques à partir d’un inventaire forestier provincial. La pente, la topographie, les images satellites, la latitude et les données radars ont permis d’expliquer les variations dans l’emplacement et l’épaisseur de la couche organique. La valeur moyenne prédite de l’épaisseur de la couche organique (44,07 cm) concordait avec les valeurs ciblées dans des études précédentes réalisées à l’échelle nationale et régionale. Nous discutons des limites des modèles et des applications à la prise de décisions en matière de gestion forestière.