Publications du Service canadien des forêts

Sphagnum outcompetes feathermosses in their photosynthetic adaptation to postharvest black spruce forests. 2019. Zhu, Xinbiao; Nimmo, Victoria; Wu, Jianghua: and Thomas, Raymond. Botany, 97(11): 585-597

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 40026

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjb-2019-0076

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Les mousses dominent le sous-étage des forêts d’épinette noire, et les modifications de la composition et des caractéristiques fonctionnelles des communautés de mousses peuvent avoir des répercussions sur de nombreux processus écosystémiques importants, particulièrement la paludification associée à l’accumulation de tourbe (principalement d’espèces du genre Sphagnum). Pour comprendre la performance et la valeur adaptative des mousses tapissant le sol dans les forêts de début de succession à la suite de coupes à blanc, nous avons évalué les caractéristiques photosynthétiques chez les espèces du genre Sphagnum ainsi que chez trois espèces de mousses hypnacées (des genres Hylocomium, Ptilium et Pleurozium) simultanément présentes dans des peuplements matures et des blocs de coupe d’épinette noire exploités il y a dix ans. Nos résultats montrent que ces mousses présentent un point de saturation lumineuse considérablement plus élevé dans les parcelles exploitées que dans les parcelles boisées. Dans les parcelles exploitées, les mousses hypnacées ont toutes connu une diminution du rendement quantique, de la teneur en chlorophylle b et du rapport chlorophylles/caroténoïdes associée à la photo inhibition, particulièrement les espèces du genre Pleurozium, chez lesquelles une baisse considérable de la photosynthèse nette maximale a été observée. Par contre, une hausse considérable de la photosynthèse brute maximale, du taux de respiration à l’obscurité et du rapport chlorophylle a/chlorophylle b a été observée chez les sphaignes poussant dans les parcelles exploitées par rapport à celle poussant dans les parcelles boisées. La divergence des réactions des caractéristiques photosynthétiques chez les espèces de mousses laisse croire que les espèces du genre Sphagnum pourraient proliférer tandis que les mousses hypnacées pourraient connaître une baisse, ce qui mènerait à une accumulation de tourbe. Nos résultats montrent l’importance des caractéristiques photosynthétiques des mousses qui peuvent servir d’indicateurs des conditions après la récolte pour améliorer la gestion de la végétation du sous-étage en vue de maintenir et d’améliorer la productivité de l’épinette noire.