Publications du Service canadien des forêts

Stronger effects of litter origin on the processing of conifer than broadleaf leaves: A test of home‐field advantage of stream litter breakdown. 2019. Yeung, A.C.Y.; Kreutzweiser, D.P.; Richardson, J.S. Freshwater Biology 64(10): 1755-1768.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39999

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/fwb.13367

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

On a mené l’étude dans des bassins versants forestiers dans la région forestière de White River, le bassin des lacs Turkey et à proximité, et en Colombie-Britannique. Le travail consistait à améliorer un outil d’évaluation de la biomasse largement utilisé pour les cours d’eau forestiers, l’utilisation d’amas de feuilles normalisés pour mesurer l’intégrité des cours d’eau forestiers. Différents types de couches de feuilles mortes de sources locales (proches) et d’autres régions (éloignées) ont permis de déterminer dans quelle mesure les invertébrés aquatiques et les populations microbiennes sont adaptés sur le plan biophysique aux ressources locales choisies de préférence. Il s’agissait d’un essai de la théorie écologique florissante dite d’« avantage sur le terrain » élaborée dans les systèmes terrestres, mais pas dans les systèmes aquatiques. L’étude a révélé que les populations microbiennes aquatiques montraient de fortes tendances propres à la théorie, alors que les populations d’invertébrés étaient opportunistes. Cela a des répercussions dans l’amélioration de l’utilisation de l’outil d’évaluation de la biomasse en affinant et en ajustant à l’échelle régionale les paramètres attendus, ainsi que des conséquences sur le développement de la théorie écologique.