Publications du Service canadien des forêts

Risk assessment for wildland fire aerial detection patrol route planning in Ontario, Canada. 2019. McFayden, C.B.; Woolford, D.G.; Stacey, A.; Boychuk, D.; Johnston, J.M.; Wheatley, M.J.; Martell, D.L. International Journal of Wildland Fire: https://doi.org/10.1071/WF19084.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39981

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1071/WF19084

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Un modèle basé sur la consultation d’experts pour combiner des facteurs qui représentent le risque associé à l’absence de recherche dans une zone précise pour la détection des feux de végétation est mis au point pour l’Ontario et utilisé dans cette province du Canada. Un processus d’évaluation en trois étapes axé sur le risque, la possibilité et la tolérance est employé. La probabilité d'occurrence de feux, les ressources et les actifs, l’intensité du front d’un incendie et la probabilité de détection publique sont des éléments clés. Une évaluation subjective de l’importance relative de ces facteurs a été obtenue par des experts du ministère des Richesses naturelle et des Forêts de l’Ontario pour estimer le comportement des feux et les éléments à prendre en compte lors de l’évaluation des risques, produisant un indice de risque pour la planification de la route de la patrouille de détection aérienne. Le modèle fournit une évaluation quotidienne des risques spatialement explicites sur une petite échelle pour toute la province qui est automatisée et cohérente, ce qui aide les planificateurs de détection aérienne à déterminer l’itinéraire quotidien de leur appareil de patrouille de détection. Une analyse rétrospective a révélé une association statistiquement importante entre les données GPS des patrouilles de détection aérienne et les valeurs de l’indice de demande de détection aérienne : les patrouilles de détection étaient plus susceptibles de passer dans les zones ayant un indice plus élevé.