Publications du Service canadien des forêts

Similar factors underlie tree abundance in forests in native and alien ranges. 2019. van der Sande, M.T.; Bruelheide, H.; Dawson, W.; Dengler, J.; Essl, F.; Field, R.; Haider, S.; van Kleunen, M.; Kreft, H.; Pagel, J.; Pergl, J.; Purschke, O.; Pyšek, P.; Weigelt, P.; Winter, M.; Attorre, F.; Aubin, I.; Berfmeier, E.; Chytry, M.; Dainese, M.; De Sanctis, M.; Fagundez, J.; Golub, V.; Guerin, G.R.; Gutiérrez, A.G.; Jandt, U.; Jansen, F.; Jiménez-Alfaro, B.; Kattge, J.; Kearsley, E.; Klotz, S.; Kramer, K.; Moretti, M.; Niinemets, Ü.; Peet, R.K.; Penuelas, J.; Petřík, P.; Reich, P.B.; Sandel, B.; Schmidt, M.; Sibikova, M.; Violle, C.; Whitfeld, T.J.S.; Wohlgemuth, T.; Knight, T.M. Global Ecology and Biogeography: https://www.doi.org/10.1111/geb.13027.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39975

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/geb.13027

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Le présent article permet d’évaluer si les mécanismes qui contrôlent l’abondance des arbres introduits sont différents entre leur périmètre naturel, exotique et non indigène. Les espèces de plantes introduites peuvent devenir abondantes et dominantes dans leur périmètre non indigène, entraînant ainsi de graves problèmes écologiques et économiques. Comprendre pourquoi ces espèces deviennent dominantes peut aider à reconnaître d’autres espèces problématiques avant qu’elles soient introduites ailleurs. On a utilisé trois bases de données d’inventaires végétaux, de listes d’espèces non indigènes et de caractéristiques des plantes pour évaluer les évolutions à l’échelle mondiale. On a observé des ressemblances frappantes dans l’évolution de la dominance d’espèces d’arbres entre leur périmètre naturel et non indigène. En particulier, il est possible que la dominance soit favorisée dans leur périmètre naturel et non indigène par d’autres espèces coexistantes qui partagent les mêmes caractéristiques végétales. Des espèces concurrentes qui sont susceptibles de devenir dominantes ailleurs ont également tendance à avoir certaines caractéristiques liées à la densité du bois et à la taille des graines. Cette ressemblance dans les mécanismes suggère que les renseignements sur le périmètre naturel d’espèces peuvent permettre de déterminer les régions où elles pourraient devenir dominantes.