Publications du Service canadien des forêts

Can Bioenergy Ash Applications Emulate the Effects of Wildfire on Upland Forest Soil Chemical Properties? 2019. Hannam, K.D.; Fleming, R.L.; Venier, L.; Hazlett, P.W. Soil Science Society of America Journal: 10.2136/sssaj2018.10.0380.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39873

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.2136/sssaj2018.10.0380.

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Dans la mesure où les efforts visant à lutter contre les changements climatiques s’intensifient au Canada et dans le monde, le recours à la biomasse forestière pour produire de l’énergie augmente rapidement. Au même moment, il est urgent d’appliquer des méthodes durables sur le plan environnemental pour manipuler les résidus de cendres de bois hautement alcalins, mais riches en nutriments produits au cours de la combustion de la biomasse. Actuellement, la cendre issue de la bioénergie est souvent enfouie, ce qui exerce une pression importante sur l’infrastructure pour l’élimination des déchets au Canada. Étant donné que l’aménagement forestier au Canada est souvent motivé par le paradigme « émulation de la perturbation naturelle », la cendre issue de la bioénergie pourrait, comme outil de gestion, améliorer l’émulation des feux de végétation dans des peuplements exploités. La présente étude fait appel à une méta-analyse pour examiner les modifications intervenues dans les réservoirs de carbone et d’azote dans le sol, le phosphore extractible, le calcium échangeable et le pH du sol à la suite de feux de végétation et de l’application de cendres issues de la bioénergie sur des sites forestiers en haute terre. Les feux de végétation et la cendre issue de la bioénergie peuvent diminuer les réservoirs de carbone et d’azote dans le sol forestier, mais les pertes de carbone et d’azote à la suite de feux de végétation sont plus importantes. Pour ce qui est du maintien des réserves de carbone et d’azote dans le sol, la récolte du bois suivie de l’application de cendres peut présenter des avantages par rapport au brûlage des feux de végétation. Les feux de végétation et l’application de cendres issues de la bioénergie augmentent le phosphore extractible, le calcium échangeable et le pH dans les sols minéraux de surface. Bien que l’application de cendres issues de la bioénergie puisse entraîner de plus fortes augmentations du phosphore extractible et du pH dans les sols minéraux de surface que les feux de végétation, on pourrait limiter les doses unitaires pour atténuer certains de ces effets.