Publications du Service canadien des forêts

Giving ecological meaning to satellite-derived fire severity metrics across North American forests. 2019. Parks, S.A.; Holsinger, L.M.; Koontz, M.J.; Collins, L.; Whitman, E.; Parisien, M.-A.; Loehman, R.A.; Barnes, J.L.; Bourdon, J.-F.; Boucher, J.; Boucher, Y.; Caprio, A.C.; Collingwood, A.; Hall, R.J.; Park, J.; Saperstein, L.B.; Smetanka, C.; Smith, R.J.; Soverel, N. Remote Sensing 11(14):1735.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 39828

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.3390/rs11141735

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les chercheurs du monde entier utilisent l’imagerie satellite pour produire des cartes décrivant la gravité des feux dans les paysages forestiers. Toutefois, jusqu’à présent, il a été difficile de relier ces cartes avec les effets des feux sur le terrain. Afin de traiter ce problème, les auteurs de cette étude visent à produire des cartes qui interpréteraient l’imagerie satellite en fonction d’une mesure sur le terrain largement utilisée de la gravité des feux, l’indice de brûlage composite (composite burn index [CBI]). Pour calculer le CBI, les observateurs visitent un endroit qui a été brûlé, généralement un an après l’incendie, et évaluent la condition de différents types de plantes et la condition des matières sur le tapis forestier. Les auteurs ont obtenu les données du CBI pour 263 feux en Amérique du Nord qui ont brûlé principalement la végétation forestière. À l’aide de l’application Google Earth, d’un catalogue d’images satellites dans le nuage et d’un environnement informatique, les auteurs ont élaboré et évalué un modèle à modéliser et ont cartographié le CBI. Ils ont communiqué le code qu’ils ont utilisé pour cette étude afin que d’autres scientifiques et professionnels de la foresterie puissent être en mesure de cartographier les effets des feux pour des centaines ou des milliers d’incendies à l’aide de l’application Google Earth.