Publications du Service canadien des forêts

Acceptance sampling for cost-effective surveillance of emerald ash borer in urban environments. 2019. Yemshanov, D.; Haight, R.G.; Liu, N.; Chen, C.; MacQuarrie, C.J.K.; Ryall, K.; Venette, R.; Koch, F.H. Forestry: An International Journal of Forest Research: https://www.doi.org/10.1093/forestry/cpz028.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39822

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1093/forestry/cpz028.

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Nous élaborons une méthodologie d’échantillonnage pour acceptation visant à surveiller l’agrile du frêne, un ravageur forestier nuisible, à Winnipeg, au Canada. Nous comparons les stratégies d’échantillonnage calculées selon deux objectifs de gestion différents. Le premier objectif consiste à maximiser la zone attendue des infestations détectées et le second vise à diminuer le nombre prévu d’arbres infestés non détectés dans des sites qui n’ont pas été inspectés ou dans lesquels l’inspection n’a révélé aucune infestation. Le choix de l’objectif de gestion a des répercussions sur la stratégie de sondage. En effet, le premier objectif nécessite de sélectionner des sites présentant des taux d’infestation élevés à proximité de la zone infestée, alors que le second suppose d’inspecter les sites présentant à la fois des taux d’infestation élevés et des densités d’hôtes élevées. Si l’on y ajoute l’incertitude, il est nécessaire d’inspecter une zone plus vaste présentant des taux d’échantillonnage plus bas et d’étendre les sondages à des distances plus éloignées des lieux infestés. Si un décideur veut atténuer les dommages les plus graves du fait des détections manquées, il doit explorer davantage les sites à forte densité d’hôtes à des distances plus éloignées, alors que les introductions d’agrile du frêne pourraient provoquer des dommages importants en cas de détection trop tardive. La prise en compte de l’incertitude tient compte de la variation possible des taux d’infestation et aide à élaborer une stratégie de sondage plus diversifiée. L’approche peut être généralisée et être compatible avec des programmes de sondage sur de nouvelles incursions de ravageurs.