Publications du Service canadien des forêts

Geographic scale and disturbance influence intraspecific trait variability in leaves and roots of North American understorey plants. 2019. Kumordzi, B.B.; Aubin, I.; Cardou, F.; Shipley, B.; Violle, C.; Johnstone, J.; Anand, M.; Arsenault, A.; Bell, F.W.; Bergeron, Y.; Boulangeat, I.; Brousseau, M.; De Grandpré, L.; Delagrange, S.; Fenton, N.J.; Gravel, D.; Macdonald, S.E.; Hamel, B.; Higelin, M.; Hébert, F.; Isabel, N.; Mallik, A.; McIntosh, A.C.S.; McLaren, J.R.; Messier, C.; Morris, D.; Thiffault, N.; Tremblay, J.-P.; Munson, A.D. Functional Ecology

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39820

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/1365-2435.13402

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Cet article permet d’étudier la variabilité des caractéristiques des racines et des feuilles pour six espèces végétales de sous-bois largement répandues au Canada. Les espèces de sous-bois sont essentielles aux processus écosystémiques, notamment dans les écosystèmes forestiers du Nord. Au sein d’une même espèce, la grande variabilité des caractéristiques leur permet de s’adapter à différentes conditions environnementales et niveaux de disponibilité des ressources. Nous avons mobilisé et coordonné les efforts de 23 équipes de chercheurs au Canada pour procéder à l’échantillonnage de terrain de 80 sites en juillet 2014 (de Terre-Neuve-et-Labrador à Yukon) en couvrant quatre régions biophysiques (environ 5 000 km). En comparant les zones, nous avons constaté que la variabilité des caractéristiques des plantes diminue à mesure que l’étude prend de l’ampleur : la plus grande variabilité est saisie dans des localités présentant des conditions climatiques et pédologiques similaires. Les modèles ont montré que la perturbation du site expliquait la plus grande variabilité des caractéristiques de la plante, en particulier pour les racines. Toutefois, le degré de variabilité au sein d’une même espèce est différent entre les feuilles et les racines, les caractéristiques des racines étant toujours moins variables à toutes les échelles spatiales. Notre étude suggère que même pour une espèce présente dans de vastes zones géographiques, il est possible de trouver la plus grande variabilité au sein des populations locales. Cela a des implications pratiques pour la conception de l’échantillonnage et la sélection des attributs pour les études locales et la modélisation à l’échelle continentale.