Publications du Service canadien des forêts

L’histoire d’un chancre menaçant d’exterminer le noyer cendré. 2019. Rioux, D.; Tanguay, P.; Sambaraju, K.; Nadeau-Thibodeau, N.; DesRochers, P. Le Naturaliste Canadien, 143(2): 39-48.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39784

Langue : Français

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Résumé

Le noyer cendré (Juglans cinerea) est considéré depuis 2005 en voie de disparition au Canada; un chancre, causé par le champignon Ophiognomonia clavigignenti-juglandacearum, est la principale cause du statut précaire de l’espèce. Cette maladie, qui semble avoir été introduite en Amérique du Nord, a été initialement rapportée en 1967 au Wisconsin. Au Canada, c’est au Québec qu’on l’observe en premier en 1990. Les symptômes se présentent sous forme de mort en cime et, très souvent, de chancres au tronc qui finissent presque toujours par tuer les arbres de tous âges. Nous décrivons entre autres certains de nos travaux qui recherchaient une meilleure compréhension de cette maladie, mais surtout qui visaient à repérer des arbres potentiellement résistants au chancre, à les multiplier et à évaluer leur résistance, et finalement à les protéger en stimulant leur vigueur par des travaux de dégagement. Nous avons pu montrer, par exemple, qu’à la suite d’inoculations artificielles en serre, quelques noyers cendrés montraient une certaine résistance au chancre, et qu’ils se défendaient en compartimentant les tissus envahis par l’agent pathogène. Ces individus potentiellement résistants constitueraient ainsi une source unique de matériel pour rétablir l’espèce sur certains sites.

Dernière mise à jour :