Publications du Service canadien des forêts

Groundwater inflows control patterns and sources of greenhouse gas emissions from streams. 2019. Lupon, A.; Denfield, B.A.; Laudon, H.; Leach, J.; Karlsson, J.; Sponseller, R.A. Limnology and Oceanography: 10.1002/lno.11134.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie des Grands Lacs

Numéro de catalogue : 39778

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1002/lno.11134

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les cours d’eau d’amont émettent des quantités importantes de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane (CH4) dans l’atmosphère. Cependant, l’influence de la connectivité des cours d’eau souterrains sur les tendances et sources d’évasion de gaz carbonique (C) demeure très mal comprise. Nous avons exploré ces liens par l’intermédiaire d’une étude détaillée d’un cours d’eau boréal de 1,4 km qui s’écoule d'un lac et est alimenté par plusieurs zones d’écoulement d’eau souterraine. Nous avons mesuré les concentrations organiques de C, CO2 et CH4 dans les cours d’eau et eaux souterraines tous les 50 m à intervalle de deux semaines pendant l’interglaciel et estimé la production de gaz carbonique dans les cours d’eau par l’intermédiaire d'un modèle de bilan massique et des estimations indépendantes du métabolisme aquatique. Les concentrations de CH4 et de CO2 ont atteint leur maximum à la décharge du lac et après chaque zone d’écoulement d’eau souterraine. De plus, les écoulements de C latéraux de sols riverains étaient la principale source de CO2 et de CH4 dans le cours d’eau. La minéralisation dans les cours d’eau de C et CH4 organiques terrestres dissous représentait de 17 à 51 % des émissions de CO2 dans les ruisseaux, et cette contribution était la plus grande durant les écoulements relativement élevés. Globalement, nos résultats illustrent comment la nature et l’arrangement des trajets d’écoulement d’eaux souterraines peuvent organiser des schémas de concentration, de transformations et d’émissions de carbone en agissant comme source directe de gaz et en fournissant des substrats organiques qui alimentent le métabolisme aquatique. Par conséquent, des évaluations affinées de la façon dont la structure de captation influence le délai et l’ampleur des connexions de cours d’eau souterrains sont essentielles pour comprendre mécaniquement et mettre à échelle les taux d’échappement de carbone des cours d’eau d’amont.