Publications du Service canadien des forêts

Growth and competition among understory plants varies with reclamation soil and fertilization. 2018. Buss, J.; Stratechuk, K.; Pinno, B.D. Ecological Processes (2018)7:12.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 39777

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1186/s13717-018-0123-y

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Après l’exploitation minière des sables bitumineux dans le nord de l’Alberta, le principal objectif de gestion des terres consiste à remettre en état l’écosystème forestier boréal, y compris la communauté de plantes de sous-bois. Toutefois, l’un des défis de la réhabilitation des plantes de sous-bois est la présence d’espèces non indigènes qui livrent concurrence aux espèces indigènes souhaitables pour les ressources. Dans une expérience menée en serre, nous avons étudié la croissance de deux espèces de sous-bois indigènes et d’une espèce non indigène. Ces espèces ont été cultivées dans des contenants ayant soit des espèces pures ou mélangées, avec trois types de sols couramment utilisés pour les activités de réhabilitation des terres, et avec ou sans engrais azoté. La croissance des espèces non indigènes était nettement liée à l’azote présent dans le sol et ces espèces sont celles dont la croissance a été la meilleure avec la fertilisation. Lorsque la culture était faite avec d’autres espèces, la proportion de biomasse d’espèces non indigènes par rapport à celle des espèces indigènes variait selon l’azote du sol. L’azote du sol avait des incidences sur la croissance des plantes, et les espèces non indigènes étaient dominantes avec des niveaux élevés d’azote. Du point de vue opérationnel, il faudrait faire attention lors de l’application d’engrais dans les zones de réhabilitation, car cela peut avoir des effets non souhaitables sur la croissance des plantes non indigènes indésirables, et ce, aux dépens des espèces indigènes.