Publications du Service canadien des forêts

Conservation of saproxylic insect diversity under variable retention harvesting. 2018. Lee, S.-I.; Spence, J.R.; Langor, D.W. Pages 639-667 (Chapter 19) in Ulyshen, M.D., editor. Saproxylic insects: diversity, ecology and conservation. Zoological Monographs, vol 1. Springer International Publishing, Switzerland.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 39748

La langue : Anglais

Disponibilité : Non disponible (cliquer pour plus de détails)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : https://doi.org/10.1007/978-3-319-75937-1_19

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les insectes saproxyliques, qui sont des insectes qui dépendent du bois mourant, mort et en décomposition, jouent un rôle important dans les écosystèmes forestiers. On pense généralement qu'ils sont plus sensibles à la déforestation que les autres organismes qui vivent dans les forêts, car des activités telles que la coupe à blanc et la coupe de récupération modifient considérablement la quantité et les caractéristiques du bois mort dans leurs habitats. Dans le monde entier, la récolte par rétention variable apparaît comme une stratégie clé pour à la fois mener la sylviculture industrielle de manière à conserver les insectes saproxyliques dans les forêts et atteindre les objectifs économiques. Cette stratégie consiste à conserver des parcelles d'arbres afin de préserver la gamme naturelle des structures de la forêt et de maintenir le fonctionnement des écosystèmes. Ce chapitre de Saproxylic Insects traite des avantages et des inconvénients des différentes approches de la conservation. Dans le cadre de plusieurs expériences à grande échelle dans le monde entier, les chercheurs évaluent dans quelle mesure la récolte par rétention variable permet de préserver la biodiversité. Quatre d'entre elles (en Alberta, au Canada; dans les états de l’Oregon et de Washington, aux États-Unis; en Tasmanie, en Australie; et dans l'est de la Finlande) sont présentées dans ce chapitre. Les auteurs terminent ce chapitre en suggérant neuf domaines de travail pour l'avenir, comme la publication d'informations actualisées sur les organismes saproxyliques qui vivent dans les régions fortement touchées par la sylviculture.