Publications du Service canadien des forêts

Reply to the comment by Wellstead et al. on "Barriers to enhanced and integrated climate change adaptation and mitigation in Canadian forest management. 2018. Williamson, T.B.; Nelson, H.W. Canadian Journal of Forest Research 48(10):1246-1250.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 39684

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (demande par courriel)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1139/cjfr-2018-0205

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Réagissant à notre revue de littérature portant sur les obstacles à l’atténuation et à l’adaptation au changement climatique (Williamson and Nelson 2017, Can. J. For. Res. 47(12): 1567–1576, doi:10.1139/cjfr-2017-0252), Wellstead et al. (2018, Can. J. For. Res. 48(10), doi:10.1139/cjfr-2017-0465) soutiennent que les « hypothèses fonctionnalistes » sous-jacentes à l’analyse des barrières seraient problématiques, en général et particulièrement dans notre article. Ils soutiennent aussi que l’analyse des barrières—une méthode largement utilisée dans les travaux de recherche scientifique sur l’adaptation au changement climatique et dans les évaluations du changement climatique à l’échelle nationale et internationale—devrait être remplacée par des approches qui n’ont pas encore été testées dans le contexte de la recherche sur l’adaptation au changement climatique, particulièrement dans le cas de la recherche sur les mesures d’atténuation et d’adaptation en foresterie. Nous sommes d’avis que ni les travaux de recherche scientifique sur les obstacles à l’adaptation et à l’atténuation, ni notre revue de littérature possèdent des caractéristiques du fonctionnalisme ou impliquent des hypothèses fonctionnalistes.Deplus, nous ne croyons pas que l’analyse des barrières puisse être remplacée par la méthodologie qu’ils proposent parce que ces approches ciblent différents aspects et caractéristiques des processus qui favorisent l’évolution vers des mesures exhaustives et intégrées d’adaptation et d’atténuation en aménagement forestier. Nous sommes d’accord qu’il y a des lacunes dans nos connaissances sur l’étude et la compréhension des mécanismes causals qui permettent d’expliquer les résultats des processus de prise de décision et d’élaboration des politiques qui ont déjà eu lieu et nous encourageons la recherche visant à combler ces lacunes. Ultimement, cet aspect de la recherche en science sociale est complémentaire, et non un substitut, à la recherche sur les obstacles.