Publications du Service canadien des forêts

Age-related changes in survival and turnover rates of balsam fir (Abies balsamea (L.) Mill.) fine roots. 2018. Krasowski, M.J.; Lavigne, M.B.; Szuter, M.; Olesinski, J.; Kershaw, J.A. Jr.; McGarrigle, E. Tree Physiology 38: 865-876.

Année : 2018

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39643

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1093/treephys/tpy010

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

La répartition de la croissance annuelle entre les composantes des arbres et les taux de renouvellement de ces composantes ont de nombreuses répercussions importantes sur le fonctionnement de l’écosystème. Par comparaison, nous en savons moins sur la production et le renouvellement des radicelles en raison des efforts requis pour les mesurer. À l’aide des données recueillies sur une période de 10 ans dans 6 peuplements de sapins baumiers, nous avons constaté que les radicelles vivaient plus longtemps dans les peuplements matures que dans les jeunes peuplements. Nous supposons que ce phénomène se produit parce qu’une plus grande proportion de la population de radicelles dans les peuplements matures a une fonction principale de transport comparativement aux peuplements plus jeunes, et que les radicelles qui assurent cette fonction ont une durée de vie plus longue que d’autres types de radicelles. En revanche, dans les jeunes peuplements, les systèmes racinaires prennent de l’expansion pour remplir l’espace disponible et, par conséquent, une plus grande proportion de la population de radicelles a une fonction absorbante et possède une courte durée de vie. L’existence de ces deux sous populations de radicelles, dont la fonction et la longévité diffèrent, suppose que l’allocation de biomasse à la production annuelle de radicelles peut diminuer après que les systèmes racinaires s’étendent pour occuper entièrement l’espace, ce qui peut avoir une incidence sur le degré de séquestration du carbone tout au long du développement des peuplements.