Publications du Service canadien des forêts

Early-warning signals of individual tree mortality based on annual radial growth. 2019. Cailleret, M.; Dakos, V.; Jansen, S.; Robert, E.M.R.; Aakala, T.; Amoroso, M.M.; Antos, J.A.; Bigler, C.; Bugmann, H.; Caccianaga M.; Camareo, J.-J.; Cherubini, P.; Coyea, M.R.; Čufar, K.; Das, A.J.; Davi, H.; Gea-Izuierdo, G.; Gillner, S.; Haavik, L.J.; Hartmann, H.; Heres, A.-M.; Hultine, K.R.; Janda, P.; Kane, J.M.; Kharuk, V.I.; Kitzberger,T.; Klein, T.; Levanic, T.; Linares, J.-C.; Lombardi, F.; Mäkinen, H.; Mėszáros, I.; Metsaranta, J.M.; Oberhuber, W.; Papadopoulos, A.; Petritan, A.M.; Rohner, B.; Sangüesa-Barreda, G.; Smith, J.M.; Stan, A.B.; Stojanovic, D.B.; Suarez, M.L.; Svoboda, M.; Trotsiuk, V.; Villalba, R.; Westwood, A.R.; Wyckoff, P.H.; Martinez-Vilalta, J. Frontiers in Plant Science 2018(9):1964.

Année : 2019

Disponible au : Centre de foresterie du Nord

Numéro de catalogue : 39626

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.3389/fpls.2018.01964

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Plus d’arbres devraient mourir dans l’avenir en raison des changements climatiques. Même si nous comprenons certaines des raisons pour lesquelles les arbres pourraient mourir, nous ne pouvons pas encore prédire quels arbres mourront et quels arbres survivront lors d’un événement stressant. Nous avons étudié la façon dont les arbres qui sont morts grandissaient alors qu’ils étaient vivants pour déterminer s’il y avait des signes précurseurs de leur mort. Nous avons également comparé les caractéristiques de croissance des arbres qui sont morts lors d’un événement stressant et les arbres avoisinants qui ont survécu à l’événement dans 198 régions partout dans le monde pour déterminer si les deux ensembles d’arbres poussaient de façon différente. Nous avons mesuré la largeur des anneaux de croissance annuels des arbres vivants et morts. Nous avons découvert que les arbres gymnospermes, qui ont des aiguilles qui restent généralement vertes tout l’hiver, commençaient à présenter des modèles de croissances différents environ 20 ans avant de mourir, comparativement aux arbres qui ont survécu. Les arbres angiospermes, qui perdent généralement leurs feuilles l’hiver, ne présentaient aucun signe commun avant de mourir. Les arbres angiospermes pourraient donc être davantage en mesure de se remettre plus rapidement que les arbres gymnospermes.