Publications du Service canadien des forêts

Semiochemical attractants for the beech leaf-mining weevil, Orchestes fagi. 2017. Silk, P.J.; Mayo, P.D.; LeClair, G.; Brophy, M.; Pawlowski, S.; MacKay, C.; Hillier, N.K.; Hughes, C.; Sweeney, J.D. Entomologia Experimentalis et Applicata 164: 102-112.

Année : 2017

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39619

La langue : Anglais

Disponibilité au SCF : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1111/eea.12603

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Le charançon du hêtre, un ravageur du hêtre commun en Europe, a récemment été découvert infestant le hêtre à grandes feuilles en Nouvelle Écosse (Canada). Ses adultes se nourrissent de feuilles jeunes et matures du hêtre et d’autres espèces (p. ex. le framboisier), mais la ponte et l’alimentation des larves sont limitées au hêtre. La femelle pond sur de jeunes feuilles de hêtre au moment du débourrement. Nous avons caractérisé les substances volatiles émises par les bourgeons, les feuilles et l’aubier du hêtre à grandes feuilles et examiné leur potentiel comme attractifs utilisés seuls ou en combinaison avec des phéromones du charançon. Nous avons prédit que les adultes seraient attirés par les substances volatiles émises par les feuilles de hêtre, en particulier celles émises par les bourgeons débourrants. Des analyses par chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (CPG SM) de substances volatiles recueillies dans les bourgeons avant et après leur débourrement a permis d’identifier deux hydrocarbures diterpèniques, le 9-géranyl-p-cymène (GPC) et le 9 géranyl alpha terpinène, qui étaient émis en grande quantité au moment du débourrement. Les captures de charançons du hêtre mâles et les captures totales de l’espèce (mais pas des femelles) étaient en moyenne significativement plus élevées dans les pièges collants appâtés au GPC que dans les pièges témoins non appâtés. Des essais biologiques dans des tubes en Y ont confirmé que les mâles étaient attirés par les bourgeons débourrants et le GPC.