Publications du Service canadien des forêts

Wing wear and body size measurements of adult spruce budworms captured at light traps: inference on seasonal patterns related to reproduction. 2015. Rhainds, M. Applied Entomology and Zoology 50: 477-485.

Année : 2015

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39616

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Disponible sur le site Web de la revue ou du journal.
DOI : 10.1007/s13355-015-0355-6

† Ce site peut exiger des frais.

Sélectionner

Résumé

Nous avons capturé des tordeuses des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana Clemens [Lepidoptera: Tortricidae]) adultes dans des pièges lumineux au Nouveau Brunswick (N. B.) en 2012, au Québec (Qc) en 2013 et à Terre Neuve (T. N.) en 2014. Les densités de population étaient faibles au N. B. et à T. N. et modérées au Qc. Nous avons estimé des paramètres morphologiques (indice d’usure des ailes, longueur des ailes, poids sec, fécondité résiduelle) chez des milliers d’adultes. Un très grand nombre de tordeuses ont été capturées dans la nuit du 15 au 16 juillet 2013. Le poids élevé des femelles capturées et la faible proportion d’œufs qu’elles avaient pondus suggèrent une émergence synchronisée d’adultes locaux plutôt qu’une immigration massive. Les variations du rapport entre les sexes et de la morphologie des adultes laissent croire que les populations étaient « fermées » à tous les sites (nombre d’individus résidants ⋙ nombre d’immigrants), comme le montrent la proportion de femelles qui augmentait avec le temps (émergence protérandre) et le poids des adultes qui diminuait avec le temps (correspondant à leur vieillissement). La petite taille des adultes au Qc par rapport à ceux du N. B. et de T. N. porte à croire qu’une fécondité inversement dépendante de la densité influe sur la dynamique de population au début de la transition entre les phases endémique et épidémique. L'usure des ailes constitue un indicateur utile de l'âge des adultes : les individus ayant des ailes peu usées étaient plus lourds que ceux ayant des ailes endommagées, ce qui reflète probablement les coûts métaboliques de la survie et (pour les femelles) la proportion croissante des œufs pondus au fil du temps.

Résumé en langage clair et simple

Une expérience en laboratoire a été conçue pour évaluer les facteurs influant sur l'usure des ailes de la tordeuse des bourgeons de l'épinette. L'usure des ailes équivaut à un taux fixe de dommage touchant ces dernières, taux qui augmente avec l'âge et l'activité des adultes. Les ailes des adultes ayant des conditions d'usure différentes, classées de 1 (ailes extrêmement endommagées) à 10 (ailes presque neuves à l'émergence), ont été épinglés sur une planche et photographiés pour permettre des évaluations sur le terrain de l'usure des ailes des adultes recueillis sur le terrain.