Publications du Service canadien des forêts

Essais de jardinage sans martelage dans des peuplements irréguliers de sapin baumier et d’épinette noire. 2010. Cimon-Morin, J.; Ruel, J.-C.; Darveau, M.; Lussier, J.-M.; Meek, P.; Roy, V. For. Chron. 86(4): 498-510.

Année : 2010

Disponible au : Centre de foresterie des Laurentides

Numéro de catalogue : 39608

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (demande par courriel)

Sélectionner

Résumé

De plus en plus, on reconnaît la nécessité pour la sylviculture de maintenir des peuplements complexes. Dans ce contexte, le jardinage constituerait un traitement adapté aux peuplements irréguliers de la forêt boréale. Cependant, le jardinage peut être difficile à appliquer à un coût raisonnable dans des peuplements vierges. C’est ainsi que deux approches de jardinage ont été testées sur le terrain. Dans un souci de réduction des coûts liés à la récolte, l’approche retenue évite le recours au martelage. On a ainsi défini des microtypes de peuplements pour lesquels des règles de prélèvement ont été établies; le choix final des tiges à récolter est laissé à l’opérateur d’abatteuse. L’efficacité de cette approche en regard des objectifs sylvicoles a été évaluée en comparant les résultats de placettes récoltées sans martelage à ceux obtenus de placettes martelées. Un suivi a été effectué au niveau de la structure, de la composition, de la surface terrière résiduelle, de l’abondance de débris ligneux et aussi au niveau de la mortalité durant les trois premières années après la coupe. L’absence de martelage a permis de préserver des surfaces terrières, des diamètres quadratiques moyens, et des indices de Shannon des diamètres comparables aux valeurs observées dans les peuplements martelés. La vigueur du peuplement n’a pas été modifiée par la coupe, autant pour les parcelles martelées que pour les parcelles non martelées. L’absence de martelage n’a pas influencé la proportion de sapin (Abies balsamea [L.] Mill.) dans le couvert principal ni dans la régénération. La coupe a conduit à une réduction de la densité des chicots mais qui était du même ordre dans les placettes avec ou sans martelage. L’abondance des débris ligneux au sol n’a pas été influencée par l’absence de martelage. En conséquence, il apparaît possible d’appliquer une approche simplifiée de jardinage sans compromettre l’atteinte des objectifs du traitement dans ces peuplements.