Publications du Service canadien des forêts

Extensive long-distance pollen dispersal in a fragmented landscape maintains genetic diversity in white spruce. 2007. O'Connell, L.M.; Mosseler, A.; Rajora, O.P. Journal of Heredity 98(7): 640–645.

Année : 2007

Disponible au : Centre de foresterie de l'Atlantique

Numéro de catalogue : 39591

La langue : Anglais

Disponibilité : PDF (télécharger)

Sélectionner

Résumé en langage clair et simple

Les conifères sont parmi les plantes les plus diversifiées sur le plan génétique, mais présentent les niveaux les plus faibles de différenciation génétique, même parmi des populations éloignées sur le plan géographique. Un flux génique élevé parmi les populations peut être l’un des facteurs les plus importants à l’origine du maintien de ces profils génétiques. Ici, nous fournissons des preuves empiriques de la forte dispersion des gènes par pollinisation entre des peuplements naturels d’un conifère répandu dans les régions tempérées nordiques et boréales, soit le Picea glauca. À l’aide de 6 locus alloenzymatiques polymorphes, nous avons quantifié la proportion de graines issues de pollen provenant de différentes sources dans un paysage fragmenté par l’agriculture, dans le centre-nord de l’Ontario, au Canada. Dans 7 peuplements, une petite proportion de graines avaient été produites par autopollisation ou étaient issues du pollen des arbres voisins, tandis que 87,1 % des graines étaient issues de pollen transporté sur une distance d’au moins 250 à 3 000 m. Dans le cas de 4 arbres isolés, le taux d’autofécondation était faible, et plus de 96 % des graines étaient issues de pollen provenant d’ailleurs. Pour les croisements éloignés, la distance minimale moyenne de dispersion du pollen était de 619 m. Ces résultats démontrent clairement que la dispersion du pollen sur de grandes distances joue un rôle primordial dans le maintien d’une faible différenciation génétique parmi les populations naturelles de P. glauca et aide à maintenir la diversité génétique et à réduire au minimum la consanguinité dans les petits peuplements des paysages fragmentés.